Saturday, December 2019

En plein contestation sociale, Bouteflika n’évoque pas la question des grèves

Très attendu depuis que le front social est en ébullition, le président Bouteflika n’a dit aucun mot sur les revendications des syndicats et la paralysie d’une grande partie des secteurs de la santé et de l’éducation nationale.

En effet, le chef de l’Etat a adressé un message à la nation à l’occasion de la journée nationale du chahid, lu en son nom par le ministre des Moudjahidines, Tayeb Zitouni. Le texte du président n’évoque en aucun cas le sujet des contestations sociales alors que le CNAPESTE comme les médecins résidents ont demandé l’intervention du président de la république après l’échec des négociations avec le gouvernement.

Lire aussi 


L’intégralité du texte du président à l’occasion de la journée du chahid 


La situation du secteur de l’éducation nationale est marquée par un bras de fer sans précédent entre le CNAPESTE et la tutelle. Cette dernière a même procédé à la radiation des enseignants grévistes dans certaines wilayas. Pour ce qui est des médecins résidents, la situation n’a pas encore vu le bout du tunnel. Pendant que les médecins maintiennent la grève, le ministère de la santé fait des ponctions sur les salaires.

Vendredi dernier, c’est le premier ministre, Ahmed Ouyahia, qui est monté au créneau en utilisant des propos peux orthodoxes à l’égard des grévistes. Face aux déclarations d’Ouyahia, les médecins résidents ont organisé un sit-in aujourd’hui au CHU de Mustapha à Alger dénonçant « une tentative d’intimidation ».

Bien que le dialogue entre les tutelles et les grévistes concernés est dans l’impasse, le président Bouteflika n’a pas pris de position ni annoncé des mesures. Bouteflika n’a pas apporté non plus son soutien aux propos d’Ouyahia, qui disait à Biskra lors d’un meeting de son parti, que les institutions de l’Etat sont d’accord « quand à l’application rigoureuse de la loi », entendre : « pas de satisfaction des revendications, ni de dialogue, sans l’arrêt des grèves », comme l’ont exigé le ministère de l’éducation et de la santé.

Reste à savoir si, le président compte intervenir ou non sur le sujet dans les prochains jours.


 

Input your search keywords and press Enter.