Sunday, January 2021

Crash de l’avion militaire à Boufarik, un mercredi noir en Algérie

Retour sur une journée meurtrière. Sans nul doute, ce 11 avril 2018, marquera à jamais les esprits. Pour certains, ce sera la journée qui aura marqué la disparition à jamais d’un être cher, d’un frère, d’un mari ou d’un ami. Pour d’autres, elle restera gravée dans les mémoires comme étant la journée  la plus sanglante de l’histoire de l’aviation algérienne.  257 victimes seraient en effet difficiles à oublier de sitôt.

Tout a commencé en ce lundi « noir » aux environs de 7h50mn. Un avion de transport, un Ilioushin II-76 devait en principe rallier comme à chaque jour, la base aérienne de Boufarik à celle de Tindouf à plus de 1000 kms de là, au Sud-ouest algérien. L’énorme cargo ne parviendra jamais à destination.  Il s’est écrasé à une centaine de mètres seulement de là, dans un champ agricole inhabité où l’épave calcinée et noircie de l’appareil gît.  Un témoin de la catastrophe aurait aperçu selon des médias, un feu sur l’aile et « Le pilote avait tout fait lors de ses derniers moments afin d’éviter à ce que l’appareil ne s’écrase sur l’autoroute », témoigne-t-il. Si c’était le cas, à l’heure actuelle, le nombre des victimes se serait multiplié par trois ou quatre.  Plus de 350 agents de la protection civile étaient mobilisés sur les lieux de l’accident. Ils ont passé plus de deux heures à essayer d’éteindre le feu qui a ravagé la quasi-totalité de l’avion. Suite à ce drame, le vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’ANP, le général de corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, a interrompu sa visite d’inspection dans la 2ème région militaire et s’est immédiatement déplacé sur les lieux, pour s’enquérir de l’ampleur des dégâts et prendre les mesures nécessaires dans de pareilles situations où il a ordonné la désignation immédiate d’une commission d’enquête afin de déterminer les circonstances de l’accident. Le ministre de l’Intérieur et le DGSN, ont, quant à eux annulé leurs visites de travail prévues respectivement à Batna, Oran et Sidi Belabes.

Hommages des Algériens à leur armée

Alors qu’un  deuil de trois jours est décrété par le président de la République suite à la catastrophe, les Algériens n’ont pas tardé à rendre hommage aux victimes sur les réseaux sociaux, Facebook et Tweeter. « Sincères condoléances aux familles des victimes, courage à la Protection civile, aux militaires et toutes les personnes qui gèrent ce drame sur place à Boufarik », écrit un internaute.   « Toutes mes condoléances aux militaires algériens morts dans un crash d’avion à Boufarik. Dormez en paix, l’Algérie est fière de ses martyrs du devoir», écrit un autre internaute sur twitter. « C’est avec beaucoup de tristesse que je viens d’apprendre le crash de l’avion militaire près de la base de Boufarik. Mes sincères condoléances aux familles en deuil et à leurs proches. Allah yarhamhoum. Tahia Djazaïr », a notamment écrit footballeur international Sofiane Feghouli.  Des écrivains également ont tenu à exprimer « leur solidarité » avec le peuple algérien en ces circonstances douloureuse. C’est le cas de  Farida Sellal, épouse de l’ex-Premier ministre Abdelmalek Sellal, qui a, elle aussi  également présenté ses condoléances sur Twitter. « Sincères condoléances aux familles des victimes décédées dans l’accomplissement du devoir national», a-t-elle indiqué, et d’ajouter : «Que Dieu les accueille dans son vaste paradis ».  Sur Facebook aussi, les internautes n’ont pas tardé à présenter « leur  profondes condoléances aux familles des victimes et je me joins à eux pour leur immense douleur. Paix aux âmes des victimes », a-t-on écrit. « Mes sincères condoléances les plus attristées aux familles des victimes du crash de l’avion militaire à Boufarik », écrit une autre toujours sur Facebook. « Très affecté par le tragique accident dont ont été victimes de valeureux militaires et des concitoyens, je présente mes plus sincères condoléances à tous les compatriotes endeuillés par ces pertes dramatiques », écrit notamment le président du FCE, Ali Haddad, sur sa page Facebook. « Mes pensées et ma compassion vont en particulier aux familles des victimes. Qu’Allah les accueille en son vaste paradis », ajoute-t-il.

Un avion réputé fiable

En attendant les conclusions de l’enquête quant à l’origine du crash de l’avion de     transport militaire non loin de la base aérienne  Boufarik ce lundi matin, faisant 257 morts, que peut-on dire de Ilioushin II-76, connu également sous le nom d’II-476 ? Il convient d’abord de noter que c’est un quadriréacteur stratégique conçu au temps de l’Union Soviétique puis la Russie.  À l’origine construit pour les militaires, l’avion à plus tard vu le service étendu comme cargo commercial, particulièrement pour la livraison de cargaisons lourde. Le cahier des charges à l’origine de cet appareil exigeait la capacité de transporter une charge utile de quarante tonnes, sur cinq mille kilomètres, en moins de six heures, d’opérer sur des pistes courtes et/ou non préparées et dans des conditions climatiques extrêmes (Sibérie et Extrême-Orient soviétique). Son équivalent du côté américain était le Lockheed C-141 Starlifter. L’Iliouchine Il-76 est réputé conforme aux exigences de l’Organisation de l’aviation civile internationale (IATA) et d’Eurocontrol pour emprunter les lignes internationales. En Algérie, l’Armée de l’Air, en possède 18 avions.  L’Ilioushin II-76 a de ce fait, pratiquement remplacé les anciens avions-cargos et transport de troupes  tels que l’Antonov An-12, le Fokker et l’Hercule utilisés jusque-là.  C’est dire que l’Ilioushin II-76  constitue le fleuron de la flotte de l’Armée de l’Air algérienne. Rapide, sa vitesse peut atteindre les 850K ms à l’heure.  Á titre illustratif, l’avion parcoure les 1800 km séparant Boufarik de la base aérienne de Tindouf en 2h30 mns.  Le seul inconvénient de cet appareil c’est qu’il  détient le « record Sentinelle », avec 101,3 décibels, enregistré en 2003. Il s’agit du record du système qui mesure les nuisances sonores aériennes. La nouvelle version modernisée motorisée avec des Aviadvigatel PS-90, ainsi que la future version à réacteurs CFM-56 devraient corriger cet inconvénient.

 

 

 

 

Input your search keywords and press Enter.