Tuesday, January 2021

Ahmed Ouyahia confirme la mise en place d’une réforme de la politique des subventions

La politique des subventions prônée depuis toujours par l’Algérie, et qui profite y compris  aux riches, « devrait être revue », ont souvent plaidé les spécialistes de la question économique dans notre pays.  Dans les faits, « sa révision » n’est vraisemblablement qu’une question de temps. Elle se précise même, si l’on se fie aux déclarations faites dans ce sens, par nos responsables, chacun à son niveau. 

 Cependant, elle « n’interviendra que durant qu’au deuxième semestre de l’année 2019 », selon le Premier ministre. « La politique de subventions publiques est à corriger. Les couches défavorisées ne seront pas victimes d’une révision, les pouvoirs publics feront tout leur possible pour épargner les couches moyennes », a en effet  souligné à ce propos Ahmed Ouyahia ce samedi matin.  « Il est clair que la politique des subventions publiques est appelée à évoluer. Les autorités veilleront aussi à sauvegarder la classe moyenne qui est la colonne vertébrale de l’économie d’un pays », a encore ajouté le SG du RND lors d’une conférence de presse tenue au CIC d’Alger.

Pour ce faire, Ahmed Ouyahia a rappelé que « deux ateliers sont chargés d’élaborer le nouveau système des subventions ».  Le premier atelier est installé au niveau du ministère des finances. Il travaille en collaboration avec la banque mondiale pour bénéficier des expériences étrangères. Le deuxième atelier est au niveau du ministère de l’Intérieur, qui est le plus avancé en matière de la maitrise de l’outil informatique et qui est chargé de nous donner toutes les données sur la situation des familles. Tout de même, l’élaboration du nouveau système des subventions sera encore longue. « Pour l’année 2018, il n’y aura aucun changement. L’application du nouveau modèle interviendra au deuxième semestre de l’année 2019. La question nécessite la prudence. Notre objectif est de parvenir, dans trois ans, à corriger notre système de subvention qui sera bénéfique pour tout le monde », a assuré le Premier ministre.

A ce propos, il faut rappeler que près de douze (12) milliards de dinars ont été décaissés par les pouvoirs publics entre 2011 et 2017 au titre des subventions des prix de l’huile alimentaire raffinée ordinaire et du sucre blanc.

Lire aussi: Cinquième mandat, remaniement gouvernemental et crash de l’avion à Boufarik,  le grand oral d’Ahmed Ouyahia

Input your search keywords and press Enter.