Monday, January 2021

Les médecins résidents répliquent aux propos d’Ouyahia

Encore une fois, Ahmed Ouyahia ne mâche pas ses mots contre les médecins résidents en grève depuis 5 mois. Le Premier ministre, interrogé sur le dossier ce samedi 14 avril lors d’une conférence de presse animée au CIC, a répété que « le gouvernement n’acceptera pas de désertification médicale de l’Algérie ». Allusions faite à la demande du Camra portant sur l’abrogation du caractère obligatoire du service civil. « Il faut des spécialistes à travers tout le territoire national », a-t-il ajouté.

Contacté par DMA, le Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra) qualifie les propos du chef de l’Exécutif de « populisme ». « Il (le Premier ministre) semble ignorer le fond des revendications ». « Ce ne sont que des déclarations populistes, sans plus », a réagit un membre du bureau national du Camra. Sa réponse ne soufre d’aucune ambiguïté. Selon lui, le gouvernement justifie le maintien du service civil par la répartition équitable des compétences mais ne fait pas autant lorsqu’il s’agit de moyens.

Populisme

« Ils veulent une répartition homogène des spécialistes, oui ! Mais, qu’on est-il de la répartition homogène des hôpitaux, des moyens et des budgets ? », s’interroge la même source. Et de regretter le fait que la prise en charge dans le nord du pays ne dépende pas du service civil, « alors que les populations du sud du pays, leur prise en charge médicale ne dépend que des spécialistes envoyés dans ce cadre ».  « Est-ce des citoyens de seconde zone ? », assène-t-il encore.

Le représentant du Camra revient sur le service national qu’on présente depuis quelques jours comme « un devoir national ». Malheureusement, « il y a discrimination contre les médecins interdits de bénéficier, comme tout algérien, des dispenses lorsqu’ils en ont accès (les plus de 30 ans, dossier médical, cas social…) ». Les propos d’Ahmed Ouyahia « sont destinés à la consommation », critique un autre docteur membre du Camra, appelant le Premier ministre « à lire d’abord et à comprendre le fond de nos revendications ».     

Dialogue « vague »

Par ailleurs, concernant le dialogue en cours avec le ministre de la Santé, le Pr Mokhtar Hasbellaoui, les représentants du Camra se sont montrés méfiant. « C’est un dialogue vague. Le ministère s’est rétracté sur plusieurs points lorsqu’on vient à comparer les deux derniers PV. Il y a eu des régressions », dit-il.

La prochaine réunion entre le ministre et les délégués des résidents est prévue pour ce lundi 16 avril, ou le lendemain mardi.

Input your search keywords and press Enter.