Accidents de la circulation, rien ne semble arrêter la folie meurtrière

Avec 12 morts en moyenne par jours sur nos routes, le drame de la circulation routière en Algérie prend des proportions plus qu’alarmante.

Ce phénomène est responsable de la mort de plus de 4.000 personnes et d’environ 10.000 blessés, chaque année. Et pour des raisons inexpliquées, toutes les  mesures ont été décidées récemment par les pouvoirs publics, pour tenter de mettre un frein à la multiplication de ces accidents et aux nombreux tués et blessés qu’ils engendrent, chaque fois, dans leur sillage, semblent inefficaces. L’attestent les chiffres de la Protection civile qui fait état de trente-cinq (35) personnes ayant trouvé la mort et 955 autres ont été blessées dans 905 accidents de la circulation survenus du 14 au 20 janvier en cours dans plusieurs wilayas du pays. Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau de la wilaya d’Alger avec sept (7) personnes décédées et 111 autres blessées dans 121  accidents de la route, précise la même source.

 Pour rappel, une nouvelle loi sur la circulation routière (est en vigueur depuis le 19 mars 2017). Elle prévoit une hausse importante des amendes forfaitaires, pour chaque contravention, qui vont de 2000 pour les contraventions de 1er degré comme par exemple l’éclairage et la présentation des documents à 5000 dinars pour les contraventions de 4e degré comme le non-respect des signalisations prescrivant l’arrêt absolu aux intersections de routes et à la priorité de passage.  La mesure phare de cette nouvelle loi, serait sans conteste, l’introduction du permis de conduire à points qui tarde à voir le jour en dépit de toutes les promesses faites dans ce sen spas nos responsables, chacun à son  niveau. Dernière en date, celle du directeur du Centre national de prévention et de sécurité routière (CNPSR), Ahmed Naït El-Hocine. Intervenant début janvier courant sur les ondes de la chaîne III de la Radio nationale, le même responsable a assuré que l’opération de délivrance du permis de conduire biométrique devrait être entamée dès la fin janvier en cours, permettant l’entrée en vigueur dès juillet prochain du système du permis à points.  La confection du permis de conduire biométrique a été, faudrait-il le souligner,  entamée en avril dernier alors que la mise en œuvre de la nouvelle loi relative au permis de conduire à points devait entrer en vigueur fin 2017.

Input your search keywords and press Enter.