Sunday, October 2020

Affaire Chaïma: Ait Zaï appelle au durcissement des peines et à la mise en place d’un dispositif de signalement et de surveillance des agresseurs

L’assassinat horrible de la jeune Chaïma relance, encore une fois, le débat sur la violence à l’égard des femmes en Algérie.

Intervenant, mercredi, à l’émission L’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, Nadia Ait Zaï, avocate et militante pour les droits de la femme, dit qu’il faut durcir les lois et qu’elles doivent être maximales. « Condamner jusqu’à perpétuité et sans grâce. Comme ça, entre quatre murs, il comprendra sa douleur et servira d’exemple aux autres », ajoute-t-elle.

Selon l’invitée, il faut agir vite dans cette affaire et surtout frapper fort. Elle estime que les medias doivent aussi jouer leur rôle en vulgarisant, au maximum, les peines pour dissuader toute tentative de commettre ce genre d’actes horribles.

Concernant le débat, relancé, sur la peine de mort, l’intervenante estime que la peine capitale ne va pas empêcher les criminels de passer à l’acte. Notant qu’on est à la veille de la célébration de la Journée mondiale contre la peine de mort, décrétée ainsi depuis le 10 octobre 2002, Mme Ait Zaï estime que c’est «un faux débat». «l’Algérie a un moratoire depuis 1993 et elle y tient. Moi je trouve que c’est très bien que notre pays se conforme aux conventions internationales», insiste-t-elle.

Commentant l’article 40 de la nouvelle constitution, qui garantit la protection de la femme contre les violences, Maitre Nadia Zaï, estime que c’est une bonne chose que l’Etat s’engage à ouvrir des centres d’accueil pour les victimes, qui ont droit à une assistance judiciaire gratuite. « Ce que nous demandons, c’est que cette assistance soit automatique et que la victime n’aura pas besoin d’aller déposer un dossier pour étudier son affaire», ajoute-elle.

Dans cette protection, dit-elle, le principe est posé, mais il manque quelques mécanismes qui, j’espère la loi les mettra en place. « Les femmes ne dénoncent pas systématiquement à cause de leur enfants ou de peur de se retrouver à la rue», fait-elle savoir. L’instauration d’un mécanisme de signalement automatique permettra, selon la féministe, de suivre ces femmes et de poursuivre les auteurs des actes de violence.

Mme Ait Zaï recommande, également, la mise en place d’un dispositif de surveillance des agresseurs. «D’ailleurs, si ce délinquant, qui a tué Chaima, a été mis sous surveillance après sa première agression, ce crime aurait pu être évité» regrette-t-elle. De son avis, ces personnes doivent faire objet d’un fichier, crée au niveau de la police, afin d’éviter la récidive en utilisant le bracelet électronique qui est important pour suivre leur traces et déplacements.

Selon elle, la création d’un tribunal uniquement chargé de ces affaires là nous aidera à avancer plus vite dans la lutte contre la violence faites aux femmes. « Ce n’est que comme cas que le ministre de la justice pourra faire ses études sur les victimes et les auteurs et au même temps réajuster la loi en fonction de ce qui nous arrive », conclut-elle.

Input your search keywords and press Enter.