Monday, July 2019

Le Camra exige « une prise en charge » pour le résident blessé lors du rassemblement du 3 janvier

Les médecins résidents se mobilisent pour défendre la cause de leur collègue gravement blessé lors du rassemblement du 3 janvier au CHU Mustapha Bacha d’Alger.

Ainsi, le Collectif autonome des médecins résidents (Camra), a demandé hier aux autorités de lui assurer, s’il le faut, « une prise en charge » médicale en dehors du pays. « Au-delà de nos revendications, et bien au-delà de cette grève, il y a notre insurmontable douleur face à notre frère et confrère Dr Bellatrach, fauché par une violence érigée en véritable ligne de conduite face à de jeunes médecins désarmés et livrés à la haine de la blouse blanche », écrit le Camra dans un communiqué.

Âgé de 29 ans, Omar Bellatrach est, selon la même source, « à ce jour hospitalisé pour la prise en charge de lourde séquelles, conséquences des coups portés à sa tête le 03 janvier ». « Nous exigeons des autorités l’application stricte de la loi pour les préjudices physiques et moraux encourus, ainsi qu’une prise en charge à l’étranger si besoin », insiste le Collectif des médecins résidents. Dans ces propos, il y a, en outre, un appel clair à ce que les policiers responsables de cette « agression » soient punis.

Selon des sources hospitalières, le jeune médecin-résident « risque des séquelles graves ». Les représentants du Camra n’ont jamais voulu communiquer sur son cas par respect du secret médical. Mais, le jour du rassemblement violemment réprimé par les services de l’ordre, Dr Omar Bellatrach admis aux urgences, présentait « un hématome sous dural aigu ». Son état « se serait aggravé », ajoutent nos sources.

Par ailleurs, dans son communiqué, le Camra  a réaffirmé que « le gel de la grève ne sera envisageable qu’après satisfaction de nos revendications ».

 Lire aussi: Médecins résidents : ce qui a été décidé par les AG à propos de la grève

Input your search keywords and press Enter.