Friday, December 2019

Choléra : l’Institut Pasteur contredit le ministère de l’agriculture sur « la qualité » des fruits et légumes   

Contrairement au ministère de l’Agriculture qui a écarté que les fruits et légumes seraient parmi les causes de la propagation du choléra, l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), les suspecte, notamment lorsqu’ils sont irrigués par des eaux polluées.

Lire aussi: Choléra : 120 patients guéris, l’épidémie circonscrite à Blida

« La contamination de fruits, (pastèque, melon non lavés) ou légumes pouvant être consommés crus (carotte, concombre, salade, tomate, betterave), irrigués par une eau polluée par les matières fécales est également suspectée », a indiqué jeudi 30 aout, l’IPA dans un communiqué.

Par ces soupçons, il dément le département d’Abdelkader Boauzghi qui, en date du 27 août dernier avait rassuré sur « la qualité des fruits et légumes produits en Algérie ». « L’eau d’irrigation absorbée par les plantes ne représente pas de danger pour les productions agricoles et les fruits et les légumes ne constituent pas un milieu ambiant d’évolution du vibrion cholérique », avait expliqué le ministère de l’Agriculture.

Dangereuse cacophonie !

Une contradiction de déclarations qui s’ajoute à celle qui a opposé le ministre de la Santé, le Pr Mokhtar Hasbellaoui ayant affirmé pouvoir éradiquer l’épidémie en 3 jours, et son département qui a nié pouvoir atteindre un tel objectif. Devant cette cacophonie de déclarations, les autorités semblent naviguer à vue en lançant des promesses et assurances dans le seul but est d’éviter la panique et calmer les Algériens, quitte à jouer avec leur santé.

Input your search keywords and press Enter.