Thursday, March 2021

Coronavirus : « Le variant britannique mettrait à genoux les capacités sanitaires de l’Algérie »

La découverte d’un nouveau variant du Coronavirus appelé  » le variant britannique »  ne cesse de provoquer les inquiétudes du monde entier. La propagation rapide de ce nouveau variant fait déjà déborder plusieurs système de santé en Europe. Plus de 60 pays l’ont déjà détecté sur leur sol. En Algérie, des voix commencent à mettre en garde.

En effet, c’est le Professeur Ali Lounici , Chef du service médecine interne au CHU de Tlemcen, qui a lancé l’alerte ce matin sur les colonnes de nos confrères de TSA. « S’il rentre en Algérie, ce variant britannique mettrait à genoux les capacités de l’Algérie (en matière sanitaire) en deux mois. Il a une capacité de propagation extrêmement rapide, qui peut dépasser de 70 % celle du variant classique », a-t-il déclaré dans un entretien accordé au média électronique.

Pour ce qui est de la présence de ce variant sur le sol algérien, le Professeur s’interroge : « Pour ce qui de l’Algérie, est-ce que les autorités publiques peuvent nous dire si l’Institut Pasteur d’Alger est capable de reconnaître le variant anglais dans la méthode de séquençage ? C’est la seule façon de savoir s’il est déjà là ou pas. Indépendamment de cela, il suffit de voir le trafic aérien. Est-ce que l’Algérie a eu un trafic aérien avec le Royaume-Uni ou des pays où se trouve le variant britannique ? »

Pour lui, si ce variant est déjà entré en Algérie, « dans deux mois la situation va exploser », indiquant que « notre système sanitaire ne pourra pas résister à ce variant de par sa contagiosité 70% supérieure à celle des premiers variants ».

Il fait au même temps des pronostics qui font froid au dos. « S’il touche mille personnes par jour, il va provoquer 1 à 2 % de mortalité. Il y aura donc dix à vingt décès. Il va provoquer 5 %, c’est-à-dire 50 personnes, qui vont nécessiter une assistance respiratoire. Il va également provoquer des formes sévères qui nécessitent une hospitalisation et de l’oxygène pour 150 à 200 personnes. Rien qu’avec 1000 contaminations par jour, au bout de quelques semaines, notre système de santé qui n’est pas très fort bien avant la Covid va s’écrouler en l’espace de quelques semaines », a-t-il mis en garde.

Input your search keywords and press Enter.