Tuesday, December 2020

Critiqué par le ministère de l’intérieur à propos des dernières inondations, Météo Algérie réplique

L’office nationale de la météorologie (ONM) a répondu ce dimanche sur le ministère de l’intérieure qui l’a accusé d’emmètre des bulletins météo non précis concernant les dernières inondations.

Ainsi, la chargée de l’information auprès de l’office national de la météorologie (ONM), Houaria Benrakta a affirmé que l’ONM établissait ses prévisions suivant les « normes internationales » en recourant à des moyens technologiques permettant d’atteindre un taux de précision des prévisions avoisinant les « 80% », assurant, à ce titre, que l’Algérie est un pays « pionnier » au niveau arabe dans ce domaine. Une réplique qui ne dit pas son nom au ministère de l’intérieur. Cette dernière par le billet de, Tahar Melizi, délégué national aux risques majeurs au ministère de l’Intérieur, avait mis en cause les « BMS non précis » de l’ONM lors des inondations récentes à l’Est de l’Algérie et qui ont causé des dégâts humains et matériel.

Dans une déclaration à l’APS, Mme. Benrakta a mis en avant les avancés réalisés par l’ONM au cours des dernières années en matière de « précision des prévisions » grâce à « un modèle numérique prenant en compte tous les cumulonimbus et les activités orageuses et qui permet de déterminer les zones de perturbation avec une précision de l’ordre de 3Km au lieu de 8km auparavant et de collecter des informations précises pour chaque wilaya et non la région tout entière ». Ce nouveau système, a ajouté la responsable,  « permettait aux services de l’Office d’établir des prévision dans les 48 heures avec un taux de précision pouvant atteindre les 80% ».

Répondant à une question sur les critiques qui ont visé l’ONM suite aux perturbations ayant touché récemment plusieurs wilayas de l’Est, la responsable a assuré que l’ONM « a rempli pleinement son rôle comme à l’accoutumée en assurant un suivi continu de la météo », expliquant, à ce titre, que les perturbations enregistrées à l’est du pays étaient dues à une « série de cellules orageuses très actives et inhabituelles pour le mois de septembre formées par des masses d’air chaudes qui ont été à l’origine des fortes températures enregistrées août dernier ».

Input your search keywords and press Enter.