Wednesday, October 2020

Dates religieuses : l’interminable duel entre le ministre des affaires religieuses et Bonatiro

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aissa, a réagit encore une fois sur les déclarations de Loth Bonatiro à propos de la date de Aid El Fitr. Il a affirmé lundi à Alger que « seule la Commission nationale et de l’observation du Croissant lunaire est habilitée à décréter la date de l’Aïd El Fitr ».

Sur sa page Facebook, le ministre a écrit que « comme à l’accoutumé, nous assisterons dans les prochains jours à une course effrénée pour annoncer la date exacte de l’Aïd El Fitr (…) mais le ministère des Affaires religieuses, qui respecte les calculs des astrophysiciens, notamment ceux émanant d’instances officielles ou compétentes », réitère que « seule la Commission nationale et de l’observation du Croissant lunaire est habilitée à décréter la date de l’Aïd El Fitr, en s’appuyant sur des critères bien définis ».

M.Aissa a souligné qu’il s’agit « de témoignages d’observation du Croissant lunaire à travers le territoire national, de rapports des missions diplomatiques dans le monde arabo-musulman, du rapport du Centre des recherches en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG) et de la délibération, basée sur les données scientifiques et les règles religieuses, des membres de la Commission sans aucune injonction ou mainmise ».

Ce n’est pas la première fois que le ministre, M. Aissa, réagit, non sans une remise en cause des déclarations des scientifiques «  non-officiels », quant aux dates religieuses annoncées avant l’heure. Cette fois et comme la dernière fois à propos de la durée du jeûne, il s’agit de la déclaration de Loth Bonatiro, astrophysicien, qui annonçait hier que Aid El Fitr sera le vendredi 15 juin 2018. A la prochaine date, prochaine polémique…

Input your search keywords and press Enter.