Friday, March 2019

Des marches imposantes à travers le territoire national pour le départ du système politique 

Des millions de citoyens ont participé à des marches pacifiques en Algérie, pour le quatrième vendredi consécutif, avec comme mot d’ordre le « départ du système », le « changement radical » et le « rejet de toute ingérence étrangère », a-t-on constaté.

A Alger, les premiers groupes de citoyens avaient commencé à converger, dès la matinée, vers le centre-ville où des rassemblements se sont formés au niveau de l’esplanade de La Grande Poste, de la Place du 1er-Mai et de la Place des martyrs.

Les manifestants scandaient des slogans appelant au « changement radical du système » et au « départ du régime », exprimant leur rejet des dernières décisions présidentielles relatives, entre autres, au report de l’élection présidentielle et l’organisation d’une conférence nationale inclusive.

Les foules se sont ébranlées en début d’après-midi en arpentant les principales artères de la capitale, brandissant l’emblème national et des banderoles appelant à « la préservation de l’unité nationale » et scandant des slogans pour le changement « profond et global ».

Dans le Centre du pays, les manifestants ont réclamé à Tizi-Ouzou, Bouira, Bejaia, Tipasa, Chlef, Blida, Boumerdes, Ain Defla et Médéa le « changement du système ». Ce mouvement populaire a été marqué par une forte présence féminine.

A l’Est, les manifestants sont sortis dans les rues pour revendiquer un « véritable changement », à l’instar de Constantine où des centaines de jeunes se sont rassemblés à la place des Martyrs pour sillonner ensuite les boulevards Mohamed-Belouizdad et Abane-Ramdane, entonnant des chants patriotiques et rejetant « le prolongement du mandat présidentiel ».

La même mobilisation a été constatée dans les wilayas de Mila, Guelma, Khenchela, Annaba, Skikda et Sétif où les citoyens, des jeunes pour la plupart, ont marché pacifiquement brandissant l’emblème national et des banderoles sur lesquelles on peut lire: « Non au report des élections », « Oui à la justice et au changement », « Changement et réformes ».

Les mêmes scènes ont été constatées à Oum El Bouaghi, El Tarf, Souk Ahras, Bordj Bou Arreridj, M’sila et Batna où des milliers de citoyens ont marché pacifiquement, encadrés par un dispositif sécuritaire.

Même constat à l’Ouest du pays, à l’exemple d’Oran où de longues files de manifestants se sont constituées pour sillonner les principales artères dont le boulevard de l’ALN.

Des marches imposantes ont été aussi organisées dans une ambiance festive à Mostaganem, Mascara, Saida, Tiaret et Sidi Bel-Abbes.

Le Sud du pays a connu, pour sa part, des marches similaires, plus particulièrement à Ouargla, El-Oued, Tindouf, Laghouat, Ghardaïa et Adrar, marquées par une forte participation des citoyens, reprenant les mêmes slogans qui appellent au « changement politique profond », au respect de la Constitution et mandats présidentiels et rejetant toute ingérence étrangère.

Input your search keywords and press Enter.