Saturday, May 2019

Djamel Kaouane : le contenu du produit médiatique, un véritable combat

Le ministre de la Communication, Djamal Kaouane a mis en avant, jeudi à Alger, l’importance du développement du contenu du produit médiatique national qui est aujourd’hui « un véritable combat ».

Lors d’une plénière du Conseil de la nation consacrée aux questions orales et en réponse à la question du sénateur Mahmoud Kissaoui, sur l’impératif de créer une chaine médiatique dont la mission principale serait « la promotion de l’image réelle de l’Algérie à l’étranger et mettre en lumière son attachement à ses principes de non ingérence dans les affaires internes des pays », le ministre a soutenu que « le contenu du produit médiatique est aujourd’hui un véritable combat ».

Soulignant, à ce propos, « l’absence d’un contenu algérien sur la mémoire », M. Kaouane a indiqué que « la majorité des écrits sur les batailles algériennes proviennent de médias étrangers ».

Le ministre a expliqué qu’un tel projet « exige avant son inscription, une étude de faisabilité pour s’assurer de son efficience dans un contexte de concurrence féroce dans ce domaine », estimant qu’il « est plus judicieux, pour l’heure, de focaliser les efforts sur l’amélioration de la performance des 5 chaînes nationales au lieu de disperser les moyens disponibles dans une entreprise aux résultats incertains ».

Le ministre a rappelé, dans ce cens, l’intérêt qu’accorde le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, au secteur de la Communication pour développer sa performance au service de la patrie, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, à la faveur d’un système médiatique tenant compte des spécificités de l’Algérie et ses orientations et aspirations dans tous les domaines ». « Chaque pays s’oriente vers un système de communication télévisuelle adéquat aux objectifs à atteindre et aux considérations qui respectent les capacités matérielles et humaines et les objectifs intérieurs et extérieurs à réaliser à long et à court termes », a-t-il précisé.

Le ministre a salué ainsi « l’expérience algérienne pionnière dans le domaine médiatique et le modèle exceptionnel à suivre notamment en matière de télévision publique au vu de sa performance en termes de Service public et de défense des questions décisives de la Nation et de ses intérêts ».

Dans le même contexte, le ministre a déclaré que « l’opinion publique nationale et régionale mesure la crédibilité et la compétence de la Télévision algérienne dans le traitement des événements et l’actualité nationale et internationale », saluant « son rôle en tant qu’instrument capital dans la diffusion et la transmission des informations, la contribution à la formation de l’opinion publique et la promotion de la diversité et la richesse culturelle et touristique du pays ainsi que les potentialités économiques et d’investissements particulières ».

« Grâce à ces efforts, l’Algérie occupe une place pionnière par rapport à d’autres pays émergents », a ajouté le ministre soulignant « qu’en dépit de cette réalisation, le secteur £uvre toujours à la consolidation de cette expérience à travers une évaluation à même de permettre d’apporter les corrections nécessaires ».

Par ailleurs et en réponse à une autre question, émanant cette fois du membre du Conseil de la nation, Bouziane Ahmed sur la faible couverture de la Radio de Tiaret, le ministre a rappelé que « ce problème a été pris en charge », précisant que « le réseau des stations de Radios locales a été élargi au service de l’information de proximité » ce qui a permis, a-t-il dit, la création d’une station dans chaque wilaya dont la Radio régionale de Tiaret » et que lÆEtablissement public de la télédiffusion (TDA) veille à l’élargissement de sa couverture radiophonique ».

« La TDA a été introduit dans les différents programmes de l’Etat, notamment ceux relatifs à l’amélioration de la couverture radiophonique et télévisuelle dans les Hauts plateaux », à savoir les projets de réalisation des stations de diffusion, l’acquisition d’équipements de transmission, l’installation des relais et le raccordement des sites aux réseaux d’énergies », a rappelé le ministre mettent en avant « l’avancement considérable de certains projets dans cette wilaya notamment les stations de Ksar Chellala, Ain Dehab et Chorfa » ce qui permettra, a-t-il dit, « d’élargir la couverture radiophonique sur les ondes +FM+ de 78%  actuellement à 91% ».

Le ministre de la Communication a indiqué, dans le même sillage, que « les autres radios nationales assurent, à leurs tours,  un taux considérable de couverture radiophonique pour les habitants de cette wilaya ».

Input your search keywords and press Enter.