Thursday, October 2020

Eau: les réserves permettront de couvrir les besoins jusqu’à la fin de l’année

Les réserves hydriques du pays permettront de s’approvisionner jusqu’à la fin de l’année sans rupture malgré le faible niveau de pluviométrie enregistré dans différentes régions du pays, a indiqué dimanche à Alger le ministre des Ressources en Eau, Arezki Berraki.

Dans un entretien accordé au quotidien national « Liberté » dans son édition du 19 juillet, le ministre a fait savoir que « malgré un début de saison pas très encourageant vu la faible pluviométrie enregistrée dans différentes régions du pays, nous avons des réserves qui nous permettront d’atteindre la fin de l’année sans rupture ».

M. Berraki a précisé que « la distribution de l’eau potable est assurée aujourd’hui dans 75% de nos communes, il reste toutefois 27 wilayas dont la situation est fragile, ainsi qu’un nombre inacceptable de zones d’ombre qu’il faudra prendre en charge au plus vite ».

Interrogé sur les capacités de son département d’éviter des robinets à sec cet été, le ministre a jugé nécessaire de prendre en considération la disponibilité de la ressource notant qu’au niveau des eaux superficielles, il a été constaté « une baisse exponentielle » des écoulements.

Il a ainsi rappelé que l’Algérie est passée de 6,5 milliards de m3 à la fin des années 70 à 5 milliards de m3 dans les années 80, pour descendre à 4 milliards de m3 dans les années 2000.

Concernant les coupures d’eau au niveau de différentes régions du pays, M. Berraki a indiqué que cela est souvent dû aux incidents techniques et, dans de nombreux cas, la vétusté des réseaux en constitue la raison principale.

« Les raccordements illicites sont aussi à l’origine des casses de canalisations et des fuites d’eau qui pénalisent souvent les populations.

Malgré cela, à ce jour, nous avons dû faire face à environ 500 incidents majeurs, 50% en moins que l’année 2019, ce qui dénote une amélioration sensible de la situation », a-t-il relativisé.

Concernant une éventuelle révision du prix de l’eau, le ministre a estimé que « pour la consommation humaine, elle devra continuer à être soutenue, ce n’est pas le cas pour les autres usages de l’eau, où elle devra être considérée pour ce qu’elle est: un produit économique ».

Il a ainsi assuré que la revue du tarif de l’eau ne se fera pas en dehors d’une vision globale et intersectorielle.

« Il ne pourra pas être envisagé avant une amélioration substantielle du service public de l’eau et un accès généralisé et sécurisé pour tous les Algériens.

Mais pour l’instant, ce sujet n’est pas à l’ordre du jour », a-t-il affirmé.

Input your search keywords and press Enter.