Tuesday, January 2021

Ecriture de Tamazight et Yennayer, Djaballah récidive

Le président du parti islamiste, le FJD, Abdallah Djaballah, ne semble pas prêt à se remettre en question et réviser ses positions provocatrices quant à la fête de Yennayer et à la langue amazighe.

Dans un entretien paru aujourd’hui au quotidien l’expression,  Djaballah persiste et signe ; « Yennayer est une pratique païenne de la «Jahiliya», l’islam est venu pour combattre cette «Jahiliya». Et d’ajouter : «moi je ne crois qu’à deux fêtes, la fête de l’Aïd El Fitr et celle de l’Aïd El Adha ».

Considéré comme l’un des leaders historiques de la mouvance islamiste en Algérie, le « Cheikh » s’opposait au départ à l’officialisation de Tamazight et la promotion de sa culture avant de faire un virage de 180 degrés, sans pour autant laisser le débat prendre des dimensions scientifiques. En effet, le président du FJD, reconnait désormais la langue et la culture amazigh mais dans le cadre de la culture arabe. C’est dans ce sens qu’il affirme que « l’écriture de Tamazight doit se faire en lettres arabe et non latines ». Pour lui, « ceux qui veulent écrire Tamazight en lettres latines sont des serviteurs des lobbies français et travaille contre les intérêts de l’Algérie ».

En Algérie, une polémique sans fin oppose les partisans de l’écriture de la langue Amazighe en lettres arabes, généralement de la mouvance islamiste, au camp des partisans de son écriture en lettres latines, plutôt proches de la mouvance démocratique ou la laïcité et fortement présente.

Input your search keywords and press Enter.