Tuesday, July 2019

Egalité hommes-femmes aux postes de responsabilité: «On est loin de la parité »

Au-delà de la volonté politique, l’égalité entre les hommes et les femmes pour l’accès aux responsabilités est-elle un leurre ou est-ce une réalité ? Pour la présidente de l’Association des femmes cadre Algériennes, « on est loin de la parité », relavant  cependant une évolution « très positive » en ce sens.

Mme Aïcha Kouadri qui intervenait ce mercredi, sur les ondes de la chaîne III de la Radio nationale a dans ce cadre, rappelé, qu’en 1999, les femmes occupaient seulement 5% des postes de responsabilité dans l’administration, notant que ce pourcentage est passé, aujourd’hui, à 22%. « De ce constat, l’on est encore éloigné de l’article de la Constitution consacrant l’égalité hommes-femmes dans les postes de responsabilité », a-t-elle déploré soulignant un peu plus loin, que  le problème relatif à cette parité n’est pas imputable à la seule volonté politique. Il se situe, dit-elle, dans le « conservatisme » de l’administration, un secteur dans lequel, « il est très difficile de percer » lorsqu’on est une femme.

Si, au vu des chiffres, le personnel féminin est très visible dans le monde du travail, Mme Aïcha Kouadri constate que sa présence y est par contre « très faible » dans les postes de  responsabilité.  A ce propos, elle juge « utile de réunir des données pour avoir une meilleure connaissance de la question ».  De la présence des femmes dans les hautes fonctions de l’État, Mme Kouadri note que celles-ci y sont nommées par décret présidentiel, à titre « discrétionnaire», ajoutant qu’il reste à cerner les obstacles et à étudier les moyens de remédier à cette situation. Selon elle, l’entreprenariat est potentiellement à même d’ouvrir des voies importantes au bénéfice des femmes, à la condition, qu’il y ait des « encouragements spécifiques » à ce niveau. « Quand en général   il y a une concurrence entre femmes et hommes dans un domaine, c’est toujours l’homme qui passe  notamment  en raison des difficultés pour celles-ci de concilier leur vie professionnelle et leur vie familiale », a encore noté la présidente de l’Association des femmes cadre Algériennes. Elle a notamment estimé « choquant » la présence des femmes dans les postes supérieurs de responsabilité, puisque celles-ci,  ne sont présentes qu’à hauteur de 22% alors qu’elles représentent plus de 50% des cadres et cadres supérieurs.

Input your search keywords and press Enter.