Thursday, April 2019

Grève des médecins résidents : L’incompréhensible silence du Pr Hasbellaoui

Le 26 mai dernier, les médecins résidents avaient annoncé une reprise de l’activité de garde pour le 3 juin, c’est-à-dire aujourd’hui, en cas de « négociations fructueuses » avec la tutelle. Neuf jours n’ont pas fait bouger le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, le Pr Mokhtar Hasbellaoui.

Ce dimanche qui marque la fin de ce délai, le Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra), déclare le maintien du boycott des gardes, sans que cela ne fasse réagir les autorités. Encore moins le premier responsable du secteur de la santé. Comme si la grève qui dure depuis plus de six mois était observée dans un autre pays et que le gouvernement d’Ahmed Ouyahia n’était pas le principal concerné.

« En attendant de trouver des solutions pérennes, le Camra compte continuer son mouvement de protestation comme précisé dans son dernier communiqué », écrit le Collectif qui réitère « son entière disposition au dialogue, aux négociations et aux propositions concrètes, afin de trouver une entente juste et digne de ce mouvement historique ».

Arrogance !

A ce stade où le mouvement a atteint un degré de pourrissement sans précédent et alors que les hôpitaux se trouvent sous une terrible pression, le moindre geste des grévistes auraient poussé le ministère à reprendre contact et essayer de dégeler la crise. Hélas, Mokhtar Hasbellaoui a choisi le silence, ignorant complètement ‘’la main tendue’’ des médecins résidents. De l’arrogance ? De l’irresponsabilité ?

A suivre le traitement qu’a réservé le ministre à cette grève, l’on serait tenté de croire que Hasbellaoui se comporte bien en arrogant. Sinon, comment exige-t-il une reprise des gardes préalable pour s’asseoir de nouveau autour de la table avec les délégués du Camra ? Un chantage au sens propre !

Erreur de casting

De plus, cette fuite en avant à ignorer la grève malgré ses multiples sorties dernièrement à l’APN et au Sénat, et de ne faire la moindre déclaration, ne relève-t-elle pas de l’irresponsabilité ? Peut-être que M. Hasbellaoui s’attend qu’un autre ministre vienne à son secours ! À la seule fois où il a été approché par la presse dernièrement, il aurait déclaré qu’il était « coupé du monde ! ». Un ministre dont le secteur est en crise a-t-il le droit d’être coupé du monde ?

Dire qu’il ne suffit pas d’être Professeur pour prétendre régler les problèmes du système de santé en Algérie. Et si la plus grosse erreur de carrière de Hasbellaoui était d’avoir accepté un jour de devenir ministre…

loading...
Input your search keywords and press Enter.