Saturday, August 2019

Hausse des prix des fruits et légumes… où sont passés les « contrôleurs » ?

Les prix des fruits et légumes restent hors de portée des petites et moyennes bourses et ce, en dépit de la disponibilité des produits, et surtout des assurances des responsables, chacun à son niveau.

Le panier de la ménagère est ainsi, et comme toujours, pris au piège des prix exercés par les détaillants sachant que ces mêmes prix atteignent parfois le double si ce n’est le triple pour certains fruits et légumes. Jugeons-en : Au marché T’nache de Belouizdad à titre illustratif,  les petits pois et le piment ont atteint, selon nos confrères du Soir d’Algérie,  160 DA le kilogramme suivis du poivron à 140 DA et de la laitue à 120 DA. L’incontournable tomate est passée de 80 à 100 DA. Au même prix, sont affichés la courgette, le concombre et l’aubergine. L’artichaut, la fève, la betterave et le chou-fleur se sont alignés sur le prix de 80 DA le kilo. Les légumes les moins chers restent ainsi la carotte à 70 DA et le fenouil à 60 DA.

Seule la pomme de terre a enregistré une légère baisse de prix qui oscille entre 5 et 10 DA. Le tubercule qui a atteint les 75 DA le kilogramme est aujourd’hui vendu entre 60 et 70 DA. Quant aux fruits, seules les oranges, cédées à 160 DA le kg, restent à la portée de quelques-uns. Or, selon la direction du Commerce de la wilaya d’Alger, le prix de la pomme de terre par exemple, oscille entre 35 à  55 DA le kg, celui de la tomate varie entre 70 à 100 Da, l’ognon entre 50 à 70 DA alors que la courgette est cédée à 120 DA.

Ainsi, les  prix pratiqués par les détaillants dans les marchés de la capitale (pour ne citer que ceux-là) ne reflètent aucunement les prix proposés dans les marchés de gros. Les consommateurs se disent «intrigués» par ces fréquentes hausses des prix. «C’est incompréhensible», juge-t-on. En tout cas, les commerçants, ont, comme à chaque fois, de quoi justifier ces hausses des prix. Cette fois-ci, ils usent de l’argument des dernières chutes de neige, selon le Soir d’Algérie. Alors où sont passés les « contrôleurs » ? La question reste posée.

Input your search keywords and press Enter.