Thursday, November 2019

Immigration clandestine : des morts, des rescapés et des disparus sur les côtes oranaises

Le nombre de migrants qui meurent en mer avant même qu’ils ne parviennent   à débarquer sur les côtes européennes ne cesse de grimper.

La Méditerranée est devenue ces derniers temps la route, de passage, la plus dangereuse de la planète. Un tombeau à ciel ouvert. L’atteste le drame qui s’est produit ce dimanche matin sur les côtes oranaises.

En effet, un total quinze (15) corps sans vie de ressortissants subsahariens, candidats à l’immigration clandestine, ont été découverts à bord d’une embarcation pneumatique en provenance du Maroc. 19 autres ont été secourus au large de Cap Falcon (Aïn El Turck) par les unités territoriales des garde-côtes d’Oran cités par l’APS.

De même source, on précise que les rescapés ont été évacués vers l’hôpital d’Aïn El Turck, dans un état de santé « dégradé » où ils sont pris en charge sur les plans sanitaire et psychologique. Les mauvaises conditions climatiques ayant sévi sur la région, ces derniers jours, seraient à l’origine de ce drame, ont indiqué les services de la Protection civile de la wilaya d’Oran.

 Aussitôt alertés, les mêmes services ont mobilisé une équipe de plongeurs professionnels pour lancer les recherches en mer et retrouver les cinq autres personnes portées disparues.

Input your search keywords and press Enter.