Tuesday, January 2021

La marine algérienne construira trois navires de guerre

Le général de Corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’État-major de l’Armée nationale populaire (ANP), a souvent  souligné «  la volonté du Haut Commandement de l’Armée à hisser la flotte navale nationale aux rangs de la modernité, du progrès et de l’efficacité opérationnelle ».

Ainsi, après  un  cinquième sous-marin russe de classe Kilo 636, dont la construction s’est achevée, il y a quelques semaines, à Saint- Petersburg en Russie, c’est au tour des OPV (navires de patrouille de haute mer). En effet,  le site spécialisé Menadéfense citant RBK Tatarstan, un site d’information, a annoncé ce samedi,  que l’Algérie a commandé 4 Projet 22160.

Lire aussi: Avec deux nouveaux  sous-marins, l’Algérie en phase de devenir une puissance méditerranéenne 

L’OPV en question, est bien entendu de fabrication russe. La construction du premier, précise-t-on de même source,  a déjà débuté à Zelenodolsk, alors que les trois autres seront construits en Algérie d’autant que le Russie propose le transfert de la construction d’un navire de cette importance. Une première.

« La version proposée à la marine algérienne comprend des silos verticaux de lancement pour 8 missiles Klub K d’une portée de 300 Km vers les cibles à l’intérieur des terres et 250 contre les cibles navales, un canon de 76 mm AK176, un système de défense anti-aérien Palma qui comprend dix missiles Igla et deux canons rotatifs. Enfin il dispose de deux lance-grenades anti sous-marins DP-65 », note Menadéfense. Le site  précise, que le Projet 22160 est décrit par les experts internationaux, comme étant un concept révolutionnaire qui offre dans un design complètement furtif et très compact, la puissance de feu de navires de grande capacité.

« Il est d’ailleurs engagé actuellement dans le groupe de combat déployé en Syrie. Plus grand que le Buyan M qui est connu pour avoir tiré des missiles Kalibre NK sur des cibles en Syrie à partir de la mer Caspienne », a-t-on encore soutenu.

 Une « révolution »  technologique 

Pour un petit navire, le Projet 22160, souligne encore Menadéfense,  est bourré d’électronique et comprend un radar Pal-N1 de navigation et un Pozitiv ME1 qui détecte des cibles jusqu’à 250 Km de distance.

Dans le détail, deux sonars, Pallada et Vinyetka-EM, permettent au navire de détecter de manière passive des cibles de surface ou sous-marines sur des distances allant jusqu’à 100 Km pour les bâtiments de surface et 30 Km pour les torpilles et Sous-marins. Pour son autoprotection il utilise un système de brouillage électronique TK25-E il a la capacité de brouiller les radars aériens et maritimes sur plus de 300 Km de distance en créant de fausses cibles ou rendre inopérant les Awacs ou radars de navires. Le lance leurres PK-10 se charge de créer de fausses cibles pour les missiles à guidage laser, radar ou thermiques  sur de courtes distances.

Un navire…furtif

La vraie plus-value qu’apporte ce navire, en plus de son norme puissance de feu, selon les spécialistes, est sa capacité à se transformer en navire espion grâce à son design furtif et son brouillage il peut effectuer des missions de reconnaissance optique et électronique, d’interception de signaux et de communications et de désignation de cibles au sol. Pour cela il utilise l’équipement électro-optique Sphère 02 sur mât télescopique. Il dispose, également,  à l’arrière d’un pont d’envol pour petit hélicoptère ce qui « lui donne des capacités anti sous-marines accrues et de recherche et sauvetage ».  Notons en fin, l’enveloppe de mission de ce navire qui transporte 80 membres d’équipage est « multiple » :  lutte anti piraterie, lutte anti-sous-marine, engagements de navires plus gros à très longue distance, frappes vers le sols de cibles, observation et espionnage, protection des zones de pêches et patrouilles.  « Sur la voie de ce parcours, notre Armée continue, à fournir ces efforts fructueux, dont les résultats sont prouvés sur le terrain, et qui ont contribué à mener nos Forces armées, dans toutes leurs composantes, à un rang supérieur en termes de puissance et d’évolution, sur plus d’un niveau », notait dans ce contexte, dernièrement le vice-ministre de la Défense nationale.

Input your search keywords and press Enter.