Sunday, May 2019

Lamamra : « le gouvernement est prêt à recevoir les représentants du mouvement populaire »

Ramtane Lamamra, vice-Premier ministre s’est exprimé ce mercredi dans un entretien diffusé sur la chaine III, avec les médias publics.

Au lendemain des annoncées du Président Abdelaziz Bouteflika et alors que les manifestations se poursuivent, le vice-Premier ministre explique que le gouvernement est prêt à dialoguer pour trouver une sortie à la crise. « Le gouvernement est prêt à recevoir des représentants dégagés par les manifestants », a déclaré Lamamra, appelant à « bâtir la confiance » pour aller vers l’organisation de la Conférence nationale inclusive.

Pour lui, le gouvernement « n’est pas l’organisateur de la conférence mais juste un facilitateur ». Cette conférence, n’est pourtant pas consacrée uniquement à l’élaboration d’une nouvelle constitution, mais « elle doit sortir avec une plateforme complète de réformes », a-t-il dit, excluant certains points d’ordre républicains.  Ramtane Lamamra a rappelé dans ce sens que le président Abdelaziz Bouteflika « a insisté pour qu’elle soit indépendante », invitant la diaspora à contribuer.

Quant aux membres de la conférence, ils auront, selon lui, « le même statut que les députés d’une Assemblée constituante ». En tout cas, le vice-Premier ministre affirme que tous les efforts seront consentis pour convaincre toutes les parties d’y participer.

S’agissant des annonces de Bouteflika, l’invité de la chaine III a estimé que « le Président a entendu, a reçu et a décidé » et veut désormais que l’on avance « ensemble pour l’avènement de la nouvelle république et la construction d’un nouveau système ». « Pour lui le moment est venu pour changer le système », a appuyé Lamamra.

Mais qu’en est-il des justificatifs du report de la présidentielle ? À cette question Lamara dira qu’elle trouve sa réponse dans le fait « que c’est une revendication de la rue ». Ramtane Lamamra a par ailleurs estimé que « les institutions de l’Etat vont continuer de fonctionner y compris la présidence de la république ».

Concernant le cas de Bouteflika, il rappellera que dans son discours, le président « a dit qu’il n’a jamais été pour moi d’un cinquième mandat ». Il a ajouté que ce qui a été souhaité ardemment par la rue c’est qu’il n’y est pas d’élection le 18 avril, une revendication satisfaite par le président.  Maintenant, pour l’avenir, l’orateur insiste qu’« il ne s’agit pas de rester au pouvoir pour quelques  mois ou quelques années pour Bouteflika et le gouvernement ». Seulement, « il faut un apaisement du cœur et de l’esprit pour dialoguer », a souhaité Lamamra, appelant tous les acteurs « à enrichir » le plan de travail proposé par Bouteflika, et « mettre une plateforme de réformes et à l’adoption d’une nouvelle constitution par référendum ».

Input your search keywords and press Enter.