L’industrie militaire algérienne en plein essor

En reprenant à titre illustratif, les chaînes de montage de l’usine FATIA située dans la zone industrielle de Aïn Bouchekif à Tiaret, l’Armée nationale populaire (ANP) misait gros pour une relance de l’industrie nationale.

Les résultats ne se sont pas trop fait attendre puisque les  livraisons se succèdent.  En chiffres, près de 13.000 véhicules, tous types confondus, ont été produits jusqu’en novembre dernier,  par les sociétés de fabrication de véhicules de marque Mercedes-Benz relevant du ministère de la Défense nationale. 

« L’industrie militaire s’est développée durant l’actuel quinquennat qui a vu le lancement des bases de cette activité dans le cadre du programme du président de la République qui a déterminé certains axes et le développement de certains secteurs qui sont partie intégrante de l’industrie nationale globale», a souligné jeudi le général-major Rachid Chouaki, directeur de l’industrie militaire au ministère de la Défense nationale, lors de son intervention sur les ondes de la Radio Algérie internationale (RAI). 

Selon le Directeur de l’industrie militaire, celle-ci  s’est intensivement renforcée et est élargie pour toucher à plusieurs axes afin d’englober un vaste éventail de filières industrielles passant des segments de l’armement à l’énergétique, l’électronique à la transformation (textile) ou encore la construction mécanique avec ses différentes filiales qui constituent un tissu de quarante usines réparties entre les régions du pays. Cet élan industriel s’est réalisé, selon le même officier,  à l’aide de son ouverture à l’investissement étranger pour réaliser cet essor à la base de trois piliers à savoir l’association d’un opérateur national, un investisseur étranger et un investisseur technologique. Cette association, à l’exemple des véhicules de marque Mercedès, a permis un bel essor de cette industrie tant sur le plan qualitatif et quantitatif de produits et de leurs développement. Le général-major a saisi l’occasion pour parler du bilan qu’on peut faire depuis la relance de l’industrie militaire, soulignant la place qu’elle occupe dans le processus de résorption du chômage et le  rôle incontournable dans le développement de l’économie nationale.

Input your search keywords and press Enter.