Les médecins résidents décident de maintenir la grève malgré la décision de la justice

Les médecins résidents ne décolèrent pas. Ils ont décidé ce mercredi soir de poursuivre leur mouvement de grève enclenché  depuis près de trois mois.

 En effet, alors que l’on croyait que toutes les « questions » abordées allaient être enfin élucidées lors de leur réunion avec le ministre de la Santé, au contraire,  le département de Mokhtar Hasbellaoui aura vraisemblablement  échoué pour la énième fois à dissuader les grévistes. Résultat des courses : cette grève déclarée plutôt dans la journée « illégale » par  le tribunal de Bir Mourad Raïs (Alger), risque de s’inscrire dans le temps pénalisant de ce fait des milliers de patients, notamment les cancéreux sachant qu’il a été décidé aussi de « suspendre » y  compris la chimiothérapie.

Le Collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA) a pour rappel, organisé, mardi dans l’enceinte du Centre hospitalo-universitaire (CHU) Mustapha Bacha (Alger) son (deuxième en moins d’un mois), sit-in en présence de médecins résidents venus de différentes facultés de médecine au niveau national.  Les protestataires ont hissé des banderoles exprimant leurs préoccupations, notamment le refus du service national et du service civil, rappelant leur revendication principale à savoir « un seul service » (national ou civil).

Rassemblés devant l’entrée principale de l’établissement hospitalier, où un dispositif sécuritaire renforcé a été mis en place, les manifestants n’ont pas tenté de porter la protestation dans la rue.  La tutelle avait installé, dimanche dernier, un comité intersectoriel chargé de trouver des solutions aux revendications des médecins résidents et avait également reçu, plusieurs fois, des représentants de ce corps depuis le début de la grève, le 14 novembre dernier.

Le débrayage enclenché par les 15 000 médecins résidents de différentes spécialités, a provoqué une grande perturbation dans un nombre d’établissements hospitaliers, allant jusqu’à la paralysie dans certaines spécialités, à l’instar de la chirurgie, où des interventions chirurgicales ont été reportées, et parfois annulées. Et au rythme où vont les choses, le dénouement n’est pas pour demain.

Input your search keywords and press Enter.