Tuesday, January 2021

Mgr Henri Teissier : un homme « engagé » qui a choisi l’Algérie au risque de sa vie

L’ancien archevêque d’Alger, Monseigneur Henri Teissier, décédé le 1er décembre, était un homme « engagé » qui a choisi l’Algérie au risque de sa vie, ont relevé, mercredi à Alger, de nombreux intervenants dans de vibrants hommages exprimés, lors de la cérémonie funéraire organisée à sa mémoire à la Basilique Notre-Dame d’Afrique.

Le représentant de la Tariqa Alawiya, Cheikh Khaled Bentounés, a adressé un message de circonstance, lu en son nom par une proche, dans lequel il a soutenu que le défunt homme de foi a « résisté à toutes les épreuves qu’a connues l’Eglise en Algérie et tous les événements traversés par ce pays ».

« Sans hésitations, il a décidé de continuer à vivre aux côtés de ses frères algériens et s’est montré un exemple de courage et de fraternité », a-t-il ajouté, notant avoir perdu en lui « un ami avec qui il partageait la même passion pour l’Emir Abdelkader », avant de rappeler que le défunt avait œuvré à faire aboutir la béatification par l’Eglise catholique, en 2018, de 19 moines religieux assassinés par les intégristes islamistes.

Le représentant du Vatican, Simon Cassas, lira, de son côté, une lettre du Pape François, dans laquelle ce dernier s’est recueilli sur l’âme du défunt et évoqué son engagement religieux pour servir « avec courage » le Créateur et l’Eglise.

De son côté, l’ambassadeur de France en Algérie, François Gouyette, a tenu à saluer le « messager de tolérance et de confiance » qu’a été Mgr Teissier, le qualifiant d’ »extraordinaire source d’inspiration », relevant, au passage, qu’il s’était engagé « auprès de Dieu et des hommes ».

Abordant son attachement à sa seconde patrie, le diplomate ajoutera : « Il n’a jamais pensé quitter l’Algérie même lorsque ce choix le mettait en danger car ayant décidé de partager le destin du peuple algérien », avant de relever que le disparu « puisait son courage dans sa foi infaillible et dans l’amour indéfectible qu’il portait à cette terre et à ceux qui y vivent ».

Et d’ajouter que Mgr Teissier était « entouré de ceux qui voyaient en lui un père »,  rappelant que l’homme d’Eglise avait pris sous son aile protectrice, durant la décennie 1990, des dizaines de personnes, dont des intellectuels et des journalistes, lesquels fuyaient la menace terroriste intégriste.

Après avoir remercié les autorités algériennes pour avoir permis que la dépouille du défunt soit rapatriée en Algérie pour y être enterrée, l’Archevêque d’Alger, Mgr Paul Desfarges, a tenu à souligner que son prédécesseur s’était « engagé aux côtés de l’Algérie et ce, depuis la Guerre de libération ».

Sa sœur et son neveu, respectivement Mireille Ripert et Patrick Destremau, ont tenu à être présents à la cérémonie religieuse dédiée à leur proche et à partager avec l’assistance l’émotion inspirée par sa disparition. Les deux décrivant une personne « discrète, humble, très cultivé » et non moins dépourvu d’ « humour ».

Pour sa sœur, Mgr Teissier a contribué, de par sa présence à l’Eglise algérienne, à initier ses proches « au dialogue islamo-chrétien », saluant l’ouvrage consacré par le défunt à « l’homme de grande valeur » qu’a été l’Emir Abdelkader.

« Tu fus un être exceptionnel. Fils de la bourgeoisie lyonnaise, tu as choisi la simplicité et le dévouement. Issu d’un milieu traditionnel colonial, tu choisis l’Algérie algérienne. Français de naissance, tu choisis de demander la nationalité algérienne et l’Algérie te reconnaît comme l’un des siens », dira, boulversé, son neveu.

Mgr Teissier a milité en faveur de « toutes les causes, dont celle des droits de la femme », a relevé, à son tour, Nadia Ait-Zai, présidente du Centre d’Information et de Documentation sur les Droits de l’Enfant et de la Femme (Ciddef), faisant rappeler l’inauguration par le défunt, en 2002, de cet établissement.

En outre, l’avocate et présidente de la « Fondation pour l’Egalité » a passé en revue nombre d’engagements du disparu aux côtés de l’Algérie, y compris « durant les heures sombres », faisant savoir qu’outre l’Arabe, le défunt maniait plusieurs autres langues, et même Tamazight.

Ayant également côtoyé de prés le défunt Pasteur, le chercheur en Histoire et directeur de la revue « Naqd », Daho Djerbal, a tenu à souligner « le sacrifice en vies humaines » consenti par les religieux de l’Eglise d’Algérie durant la Guerre de Libération nationale, avant de se remémorer les échanges et la collaboration qu’il a entretenus avec le défunt Pasteur.           

Un religieux qui a encouragé la recherche et les chercheurs….

La dimension intellectuelle du défunt Teissier a également été évoquée par la directrice actuelle du centre Diocésain des Glycines (Alger), Chantal Vankalck, qui a mis en avant les nombreuses activités du Pasteur pour encourager la recherche, tous azimuts, et soutenir les chercheurs, citant, entre autres, la création d’une formation en islamologie.

Entamée à 9 h par un recueillement devant la dépouille du défunt et par des hommages consignés dans le Livre d’or mis à la disposition des citoyens et autres personnalités, la cérémonie des obsèques du défunt Teissier a pris fin, autour de 16 h, par sa mise en terre dans l’enceinte même de la Basilique Notre-Dame d’Afrique.

« Il a été décidé ainsi eu égard au rôle très important que le défunt a joué pour l’Eglise. Aussi, la Basilique Notre-Dame d’Afrique représente un lieu très symbolique et très fort pour l’Eglise dans la mesure où tout ce qui est important s’y passe. Enfin, étant donné également que le Cardinal Duval et Mgr Teissier ont été très proches, ont eu le même parcours et attachement pour l’Algérie », a expliqué à l’APS Mgr Desfarges, s’agissant du lieu d’enterrement de son prédécesseur.

La  dépouille de Mgr Teissier, décédé dans la ville française de Lyon (Oran) où il naquit il y a 91 ans, est arrivée mardi en début d’après-midi à l’aéroport international Houari Boumediène d’Alger.  A 17 h, une cérémonie religieuse a eu lieu à la Basilique Notre-Dame d’Afrique, également suivie en direct sur la page Facebook de la Basilique et par haut parleur depuis l’esplanade de cette dernière.

Dimanche, une messe funéraire a été organisée à la Cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Lyon à sa mémoire, en présence de l’ambassadeur d’Algérie en France, Mohamed Antar Daoud et des représentants de l’Eglise cathodique.

Adepte de la pensée du philosophe et théologien algérien, Saint Augustin, qu’il qualifiait de « numide universel », Mgr Teissier a choisi d’obtenir la nationalité algérienne, dés 1966, tant il vouait un attachement passionnel à l’Algérie qu’il a œuvré à défendre dans différentes circonstances, notamment durant ses moments les plus difficiles.Ordonné prêtre pour le Diocèse d’Alger en 1955, il est nommé Evêque d’Oran par le Pape Paul VI en 1972, avant de devenir Archevêque d’Alger en 1988.

Input your search keywords and press Enter.