Migrants subsahariens : l’Algérie rejette avec « force » les accusations de certaines ONG de faillir à ses obligations

L’Algérie a rejeté avec « force les accusations à tort » de certaines ONG de faillir à ses obligations internationales en matière de solidarité, d’accueil et d’hospitalité envers les migrants subsahariens, indique jeudi un communiqué du ministère des Affaires étrangères, regrettant que ces « graves accusations » visent à porter atteinte à son image et à ses rapports avec ses voisins du Sud.

Lire aussi: Traitements des migrants : Un appel au gouvernement pour la mise en place d’un cadre légal

« L’Algérie fait l’objet, depuis plusieurs semaines, d’une campagne malveillante orchestrée par certaines organisations non gouvernementales qui l’accusent à tort de faillir à ses obligations internationales en matière de solidarité, d’accueil et d’hospitalité à l’endroit de migrants  subsahariens », souligne la même source, affirmant que « l’Algérie rejette avec force ces graves accusations qui visent, de toute évidence, à porter atteinte à son image et à ses rapports avec ses voisins du sud auxquels elle est liée par des relations fortes fondées sur la fraternité, le respect mutuel, la solidarité et la communauté de destin ».

Partie aux principaux instruments internationaux et régionaux de droits de l’homme, « l’Algérie s’est non seulement scrupuleusement et en toutes circonstances, acquittée de ses obligations internationales mais a également inscrit dans sa Constitution, le principe de non discrimination entre ses citoyens et les ressortissants étrangers se trouvant légalement sur son territoire qui jouissent pour leur personne et leurs biens, de la protection de la loi », ajoute le MAE dans son communiqué.

« Terre d’accueil et d’hospitalité pour tous ceux qui sont ou se sentent persécutés dans leurs pays respectifs, l’Algérie est et restera fidèle aux traditions séculaires d’hospitalité et de générosité chères au peuple algérien qui a, lui-même, connu, du temps de la colonisation, la dépossession, la déculturation et l’exil ».

Face au phénomène de la migration illégale qui a pris, ces dernières années, une ampleur inégalée, « l’Algérie a été, à l’instar de tous les pays du monde confrontés à ce phénomène à caractère universel, conduite à prendre, dans le cadre de la loi et en conformité avec ses obligations internationales, des dispositions en vue d’assurer la sécurité et le bien-être tout à la fois des citoyens algériens et des ressortissants étrangers se trouvant sur le territoire algérien », ajoute la même source.

Le ministère des Affaires étrangères a fait observer que « des mesures de reconduite à la frontière d’un certain nombre de migrants illégaux ont ainsi été décidées et mises en oeuvre en veillant au strict respect de la dignité et des droits humains des personnes concernées et en étroite  concertation avec les Etats dont ils sont ressortissants ».

Pour le MAE, « c’est enfin le lieu de souligner que c’est en traitant avec diligence les causes qui sont à l’origine de l’exil de centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants, et en luttant avec détermination contre les réseaux de passeurs qui exploitent la détresse humaine de ces migrants et s’adonnent à la traite des personnes, que le phénomène de la migration irrégulière pourra être efficacement jugulé », soulignant à cet égard qu' »il est attendu des ONG d’accompagner et de s’inscrire résolument dans cette démarche ».

Input your search keywords and press Enter.