Sunday, November 2019

Le ministère du Travail « n’est pas dans une logique d’affrontement avec les partenaires sociaux »

La « médiation » proposée par le ministère du Travail, de l’emploi et de la sécurité sociale entre le CANPESTE notamment et la tutelle fait encore couler beaucoup d’encre. « Ce n’est absolument pas dans une logique d’affrontement. Au contraire, il cultive la concertation et le dialogue  pour le règlement de tous les conflits », a assuré dans ce cadre son chargé des relations de travail.

Faisant référence aux différentes Tripartites qui se sont succédé au fil des années et qui, « ont toutes consacré le principe de la concertation entre ces partenaire » , Rabah Mekhazni qui intervenait ce jeudi, sur les ondes de la chaîne III de la Radio nationale, a noté, à titre d’exemple, que des rencontres ont récemment été organisées par le ministère avec cinq syndicats de l’éducation nationale et deux associations de parents d’élèves. « Ces derniers étaient venus contester la grève des enseignants déclenchée par le CNAPEST, dont il précise qu’elle a  paralysé un nombre important d’établissements scolaires dans les wilayas de Bejaïa et de Blida », a expliqué le même responsable. Un peu plus loin le cadre du ministère a dit que son département ministériel a également écouté cette dernière organisation syndicale à propos d’un arrêt des cours, entamé depuis le mois de novembre dernier. Durant ces rencontres,  il a été rappelé, selon lui,  le respect des procédures « légales » de recours à la grève et des « quatre décisions de justice » la déclarant « illégale ».

La justice n’est « instrumentalisée »

Rabah Mekhazni a également commenté les cessations de travail, à l’exemple de celles observées par des enseignants et les personnels de santé dont, « les revendications peuvent être légitimes. Rappelant que la loi relative au règlement des conflits collectifs de travail prévoit des procédures préalables avant leur déclenchement, le représentant du ministère du Travail, a souligné toutefois qu’elles «  n’ont pas été respectées ». Aussi, des décisions arrêtées par la justice déclarant chaque mouvement de grève « illégal »,  le représentant du travail dénie toute idée laissant croire  que celle-ci est « instrumentalisée ». « Elle est autonome et souveraine  et lorsqu’elle prend une décision au nom du peuple Algérien, toutes les parties doivent l’appliquer », a-t-il dit à ce propos.

Input your search keywords and press Enter.