Saturday, November 2019

Nadia Matoub s’oppose au projet officiel d’un musée dédié au ‘’Rebelle’’

Le projet des pouvoirs publics de réhabilitation de Matoub Lounès et de son œuvre en lui consacrant un musée, divise. La veuve du ‘’Rebelle’’ s’oppose à la démarche initiée du coté officiel en collaboration avec la famille Matoub représentée par Malika, la sœur du chanteur engagé assassiné en 1998.

« Je refuse que la mémoire de Lounès soit souillée et que son combat soit perverti et instrumentalisé », écrit Nadia Matoub dans une déclaration rendue public. Elle s’interroge « comment oser prétendre œuvrer pour la préservation de l’héritage culturel et artistique de Lounès lorsqu’on combat la liberté d’expression, l’une des valeurs pour lesquelles il a lutté ».

Pour la veuve du chantre de la chanson kabyle, « Lounès Matoub incarne l’esprit de liberté, celui de la résistance, de la chanson qui éveille ». Et « c’est cet esprit que le régime algérien a combattu et combat encore par la censure, la répression, l’injustice, l’humiliation qu’il fait subir aux populations, l’instrumentalisation de l’histoire et de la langue amazighe ». Ce système « d’hier qui demeure celui d’aujourd’hui », estime-t-elle « que Lounès a combattu de toutes ses forces ».

Dans la démarche des autorités, il ne s’agit de rien d’autres que d’une « profanation et de la volonté de neutraliser le symbole qu’il incarne », juge Nadia. Affichant une « ferme opposition » à ce projet, elle met en garde contre ses conséquences, entre autres « dénaturer les biens matériels » de Matoub Lounès.

Input your search keywords and press Enter.