Saturday, November 2019

Perquisition des domiciles de cinq généraux-majors limogés  

Les changements au sein de l’armée ne sont pas uniquement liés au rajeunissement de l’encadrement de l’ANP. Ce mardi 18 septembre, le quotidien El Watan révèle « des perquisitions opérées aux domiciles de cinq généraux-majors » récemment limogés.

Lire aussi: Limogeage en cascade des généraux  

En effet, le quotidien francophone affirme que les domiciles de cinq généraux-majors à savoir, Lahbib Chentouf, ex-chef de la 1ère Région militaire (RM), Saïd Bey, ex-commandant de la 2ème RM, Abderrazak Cherif, ex-chef de la 4ème RM, Boudjemaa Boudouaouar, ex-directeur des finances au ministère de la Défense nationale, et Menad Nouba, ex-commandant de la Gendarmerie nationale,  « ont été perquisitionné dimanche soir sur ordre du procureur du tribunal militaire de Blida ».

Discipline et ISTN

Alors que le chef d’état major et vice ministre de la défense, le Général des Corps de l’Armée, Ahmed Gaid Salah, insistait dans plusieurs de ses communications sur « l’alternance et le rajeunissement » dans la hiérarchie de l’armée pour expliquer une vague de changement enclenchée par le président de la république juste après le scandale de l’affaire « El Boucher », il s’avère que pour plusieurs généraux limogés il s’agit plutôt de questions disciplinaires.

Lire aussi: Gaid Salah ignore Haftar et explique les changements des généraux

En plus de ces « perquisitions spectaculaires », les cinq généraux-majors font l’objet d’une interdiction de sortie du territoire nationale (ISTN), ont rapporté plusieurs médias sans être démentis. D’ailleurs, selon El Watan, parmi les cinq généraux-majors priés de ne pas quitter le territoire national le général-major Saïd Bey. Ce dernier « a quitté l’aéroport d’Alger vendredi avec en main une prise en charge pour des soins à l’étranger signée par la caisse militaire depuis des semaines », ajoute le même Tabloïd dans son édition d’aujourd’hui. Plusieurs sources affirment que Saïd Bey est revenu en Algérie dimanche, soit « le jour des perquisitions ordonnées par le procureur du tribunal militaire de Blida ». « Les perquisitions en question n’ont abouti à aucun résultat pour le moment », écrit le Tabloïd.

Enquête de la présidence ?

A l’origine de cette vague de changement et de « poursuites judiciaires » contre des « poids lourds » de la hiérarchie militaire, « une demande d’enquête », venue semble-t-il, de la part « de la présidence sur l’enrichissement suspect de certains gradés de l’armée », ajoute El Watan.

Même si toutes ces informations concernant « les poursuites judiciaires et les perquisitions » ne sont pas encore confirmées par une communication officielle de la présidence ou du MDN, certains indices renforcent cette thèse. Il s’agit notamment du limogeage « brusque » du général Remil Ali Bouchentouf, Directeur de la Caisse militaire de Sécurité sociale et de Prévoyance, qui a accordé une prise en charge à l’étranger pour Saïd Bey.

Input your search keywords and press Enter.