Tuesday, January 2020

Plusieurs manifestations contre le vote dans le pays malgré la répression

L’Algérie a entamé ce jeudi dans la matinée les opérations de vote d’une présidentielle fortement contestée par la population. Au même moment les manifestations anti-présidentielle ont également eu lieu dans plusieurs grandes villes du pays malgré la répression, parfois violente.

Ainsi à Alger, dès la matinée les manifestants commençaient à se rassembler au centre de la capitale pour manifester contre une élection « imposée par la force ». Peu nombreux au départ, les forces de l’ordre ont usé de la matraque pour disperser les manifestants. Une situation qui n’a pas duré longtemps dès que la foule s’est densifiée et a rendu caduque la répression. Des dizaines de milliers ont manifesté à la capitale contre les élections.

 

A Oran, Constantine, Annaba, Bejaia, Tizi Ouzou et d’autres villes du pays, plusieurs milliers de manifestants ont défilé dans les centres villes pour exprimer pacifiquement leur rejet des élections. A Oran, la police a également chargé violemment les manifestants pacifiques en usant du gaz lacrymogène.

Dans plusieurs régions en Kabylie, le vote n’a pas eu lieu, les bureaux de vote fermés et le siège de l’ANIE incendié à Bouira.

Input your search keywords and press Enter.