Sunday, October 2020

Procès du général Hamel : Ce qu’a demandé la défense de certains walis accusés

Le procès de l’ancien Directeur général de la sûreté nationale (DGSN), Abdelghani Hamel  et des membres de sa famille s’est poursuivi, mardi au tribunal de Sidi M’hamed (Alger), pour le cinquième jour consécutif, par les plaidoiries de la défense des accusés.

Abdelghani Hamel et les membres de sa famille sont poursuivis dans plusieurs affaires de corruption principalement liées au « blanchiment d’argent, enrichissement illicite, trafic d’influence et obtention de fonciers par des moyens illégaux ».

Précisant que l’ancien wali de Tlemcen, Zoubir Bensebane a reçu l’ancien DGSN « dans le cadre de ses prérogatives » et que l’examen du dossier d’investissement des fils de Hamel s’est effectué « par une commission spécialisée », la Défense a plaidé l’innocence de M. Bensebane.

De même que la Défense de l’ancien wali de Tipasa, Ghellaï Moussa a plaidé son innocence, avançant pour motif que son client a appliqué les instructions de l’ancien ministre de l’Intérieur et de l’ancien Premier ministre ».

La Défense de l’accusé Abdelghani Zaalane, ancien wali d’Oran a plaidé son innocence, arguant qu’il a procédé aux « mêmes mesures lors de l’exercice de ses fonctions au poste de wali d’Oum Bouaghi et de Bechar ».

Le Procureur de la République près le Tribunal de Sidi M’hamed a requis lundi vingt (20) ans de prison ferme à l’encontre de l’ancien Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdelghani Hamel et de son fils Amiar et quinze (15) ans de prison ferme à l’encontre de ses autres enfants, Mourad, Chafik et Chahinaz et dix (10) ans de prison à l’encontre de son épouse, Annani Salima, assortis d’une amende de huit (8) millions de dinars chacun, outre la confiscation de leurs biens saisis et comptes bancaires.

Dans le même cadre, le représentant du ministère public a requis une peine de dix (10) ans de prison assortie d’une amende d’un (01) million DA à l’encontre de l’ex-directeur général de l’Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI), Mohamed Rehaimia et l’ex directeur des domaines de la wilaya de Tipasa, Bouamrane Ali.

Le Procureur de la République près le Tribunal de Sidi M’hamed a requis également une peine de huit (08) ans de prison ferme assortie d’une amende d’un (01) million DA à l’encontre de l’ex-directeur de la Régie foncière de la ville d’Alger, Maachi Fayçal, l’ancien directeur de l’Industrie par intérim de la wilaya d’Oran, Khaldoun Abderrahim, et l’ancien directeur des domaines de la wilaya d’Oran, Maalam Samir.

Une peine de huit (08) ans de prison a été requise à l’encontre du Chef du service technique à l’Agence foncière d’Alger, Hmirat Djelloul et Chenine Nacer, un cadre à la Direction des domaines à la wilaya d’Alger.

Input your search keywords and press Enter.