Monday, October 2020

Rapatriement vendredi des premiers restes mortuaires de résistants algériens

Les restes mortuaires de 24 résistants algériens à la colonisation française seront rapatriés vendredi de France, à bord d’un avion des Forces aériennes de l’Armée nationale populaire (ANP), plus d’un siècle et demi après avoir été « transférés » vers des structures muséales en France.

Il s’agit d’une première étape de rapatriement des restes mortuaires des résistants algériens, a annoncé jeudi le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, lors d’une cérémonie officielle organisée à l’occasion du 58e anniversaire du double anniversaire de l’indépendance et de la jeunesse, en faisant part de la détermination de l’Etat de poursuivre cette opération jusqu’au rapatriement de l’ensemble des restes des résistants algériens pour qu’ils soient enterrés sur la terre pour laquelle ils se sont sacrifiés.

La célébration de la Fête de l’indépendance sera, cette année, l’un des moments « forts de l’histoire de la nation » à la faveur de la récupération de ces restes mortuaires de ces héros qui ont affronté l’occupation française brutale, entre 1838 et 1865 et que l’ennemi sauvage a décapités en représailles avant de transférer leurs crânes outre-mer pour qu’ils ne soient pas un symbole de la Résistance à l’occupation française, a souligné le Président Tebboune lors d’une cérémonie de remise de grades et de médailles à des officiers supérieurs de l’ANP.

Ould Kablia: la restitution des crânes des résistants algériens est un « évènement historique »

Les restes mortuaires de dizaines de résistants algériens à la colonisation française, dont ceux de Chérif Boubaghla (mort en 1854) et de Cheikh Bouziane des Zaâtchas (mort en 1849), ont été retrouvés ces dernières années au Muséum national d’histoire naturelle de Paris (MNHN, ex Musée de l’homme) de Paris.

Certains fragments de corps étaient conservés au MNHN de Paris, depuis 1880, date à laquelle ils sont entrés dans la collection « ethnique » du musée.

Ces restes, des crânes secs pour la plupart, appartiennent notamment à Mohamed Lamjad Ben Abdelmalek, dit Chérif « Boubaghla », au Cheikh Bouziane, le chef de la révolte des Zaatchas (dans la région de Biskra en 1849), à Moussa El-Derkaoui et à Si Mokhtar Ben Kouider Al-Titraoui.

La tête momifiée de Aïssa Al-Hamadi, qui fut le lieutenant du Chérif Boubaghla, fait partie de cette découverte. De même que le moulage intégral de la tête de Mohamed Ben-Allel Ben Embarek, le lieutenant et alter ego de l’Emir Abdelkader.

L’origine, la date d’entrée au musée et l’identité des sujets algériens insurgés contre l’autorité française sont inscrites dans la base de données du MNHN sous la forme: « Don du Dr Cailliot, 1881-37 Yaya Ben Saïd N6872, crâne a.m.i » ou encore en ce qui concerne le crâne de Boubaghla: « Don de M.Vital, de Constantine, 1880-24, Bou Barla, dit Le Borgne. 5940, crâne s.m.i ».

Les crânes de Boubaghla, de Bouziane, de Moussa Al-Darkaoui… portent tous un numéro d’ordre inscrit à même l’os.

Input your search keywords and press Enter.