Thursday, November 2019

Réexamen de l’affaire de l’autoroute Est-Ouest, Amar Ghoul dans le viseur de la justice

La Cour suprême a ordonné le réexamen de l’affaire de l’autoroute Est-Ouest, a rapporté l’agence officielle APS hier citant des sources judiciaires.

Le scandale du siècle comme il a été surnommé concerne de grosses affaires de corruptions dans la réalisation de l’autoroute Est-Ouest et dont des hauts responsables de l’Etat serait impliqués. L’affaire qui a été jugé par la cour criminelle d’Alger en mai 2015 n’a pas dévoilé toutes ses secrets et la cour suprême semble vouloir rejuger l’affaire afin d’étendre les enquêtes vers d’autres responsables épargnés jusqu’à maintenant.

La fin de l’immunité pour Amar Ghoul

Le premier responsable qui revient à chaque fois ce scandale est évoqué est l’ex-ministre des travaux publics lors de la réalisation de l’autoroute Est-Ouest, à savoir Amar Ghoul. Ce dernier a été questionné par écrit en tant que témoin lors du procès de 2015. Il n’est pas exclut, selon plusieurs sources, que cette réouverture de l’affaire mènera vers une enquête plus approfondie impliquant l’ex-ministre du MSP. Depuis la date du premier procès, Amar Ghoul paraissait comme le protégé du clan présidentiel à l’époque. Même quand il a quitté l’équipe gouvernementale il a été nommé sénateur du tiers présidentiel afin de lui garantir l’immunité. Selon plusieurs sources, la procédure de levée de l’immunité parlementaire de Amar Ghoul est une question de  et sera entendu dans l’affaire de l’autoroute Est-Ouest.

A noter que les condamnés dans le premier procès notamment Chani Majdoub et Mohamed Khelladi vont purger leur peine de dix ans fermes dans quelques semaines.

En 2006, le marché de réalisation de l`autoroute Est-ouest a été attribué au groupe chinois Citic-Crcc, avec un coût de 6 milliards de dollars. Mais, de réévaluation en réévaluation, le projet a coûté 13 milliards de dollars, selon le ministre des travaux publics, Abdelkader Kadi.

Input your search keywords and press Enter.