Friday, December 2019

Répression de la marche des Libertés à Béjaïa, les personnes arrêtées libérées

Les services de sécurité ont empêché violement la marche des libertés qui devait avoir lieu aujourd’hui dans la ville de Bejaia. Selon des sources locales, la marche s’est arrêtée après quelques minutes de son démarrage de la Résidence universitaire Targa Ouzumour à Bejaia, suite à une intervention musclée de la police.

Des dizaines de personnes ont été interpellées et transférées de force vers le commissariat de police. Parmi les personnes figure le Coordinateur national du Conseil des lycées d’Algérie Idir Achour, l’homme politique Rachid Nekkaz, l’activiste Yanis Aldjia, des étudiants. Des membres d’Amnesty Algérie, du FFS et des journalistes ont été également arrêtés et conduits aux locaux de la police.

Après plus d’une heure dans les postes de police, tous les détenus retrouvent la liberté, a-t-on appris de l’elu  de l’APW, Hocine Boumedjane.

A leur sortie des postes de police, les manifestants se sont regroupés à nouveau, à la place de Said Mekbel au centre ville pour dénoncer l’interdiction de leur manifestation et renouveler l’appel à la mobilisation pour le respect des libertés individuelles et collectives.

La marche a été initiée par des activistes locaux pour demander le respect des libertés, la libération du blogueur Marzouk Touati condamné à 7 ans de prison ferme et pour exiger l’arrêt des poursuites judiciaires contre les journalistes et les militants des droits de l’homme.

LADDH dénonce

Dans un communiqué rendu public cet après-midi, la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (aile Hocine Zehouane)dénonce l’intervention des services de sécurité et appelle les pouvoirs publics à s’acquitter de leurs obligations en matière du respect et de promotion des droits de l’homme. « Tout en appelant à la libération de l’ensemble des citoyen-ne-s interpellés lors de cette action, la LADDH exprime toute sa solidarité avec l’ensemble des détenus d’opinion et réitère son appel à la libération de l’ensemble des détenus d’opinion et à l’examen sans délai du recours à la cour suprême introduit par les avocats du blogueur Touati Merzoug pour sa libération », lit-on dans le communiqué.

Un précédant à Bejaia

La répression de la marche des libertés d’aujourd’hui à Bejaia, constitue un précédant dans la politique des pouvoirs publics dans cette wilaya. C’est la première fois depuis avril 2004, que les pouvoirs publics interviennent violement pour empêcher une marche pacifique. Depuis cette date jusqu’à aujourd’hui, le pouvoir a toléré toutes les marches pacifiques y compris celles organisées par les séparatistes du MAK. Tout le monde : Etudiants, enseignants, travailleurs, syndicalistes, politiques, artistes et autres ont marché tranquillement dans les rues de la ville de Bejaia. L’action de respression d’aujourd’hui, marque un tournant et peut constituer nouvelle ère d’interdic Des marchés à Bejaia.

Input your search keywords and press Enter.