Samir Amin, économiste et théoricien de l’altermondialisme est mort  

Né le 3 septembre 1931 à Port-Saïd en Egypte où il a passé son enfance avant d’obtenir son baccalauréat en 1947, Samir Amin figure emblématique de la gauche altermondialiste est décédé dimanche à Paris à l’âge de 87ans.

De père égyptien et d’une mère française, il a fait ses études universitaires en science politique et en économie à Paris. Ses écrits sur l’impérialisme, la mondialisation et le tiers monde post-colonial ont marqué le monde de la réflexion et de l’analyse anti-capitalise.

Pour lui, les décolonisations, de l’Afrique surtout, n’ont été que formelles sans pour autant se débarrasser de l’impérialisme économique, nouvelle forme de colonisation, selon ses réflexions.

En France, sa mémoire a été saluée par les communistes français : «Les internationalistes que nous sommes se sentent aujourd’hui un peu orphelins», a déclaré Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, dans un communiqué. Il a rendu hommage à un «militant des luttes anti-coloniales et pour l’indépendance des peuples du « Tiers Monde »», qui a «contribué à briser le joug des aliénations sous toutes leurs formes».

Input your search keywords and press Enter.