Thursday, January 2021

Subventions et produits interdits à l’importation, les précisions de  Benmeradi

Prés de douze (12) milliards de dinars ont été décaissés par les pouvoirs publics entre 2011 et 2017 au titre des subventions des prix de l’huile alimentaire raffinée ordinaire et du sucre blanc.

 Cette politique qui profite y compris  aux riches, devraient être revue, ont souvent plaidé les spécialistes de la question économique dans notre pays. Les pouvoirs publics n’ont vraisemblablement plus le choix, crise économique oblige.

 En visite de travail jeudi dernier, dans la capitale de l’Ouest, Mohamed Benmeradi ministre du Commerce, a, une fois de plus évoqué cette probabilité.   La levée du système des subventions se fera de manière graduelle et des tests seront effectués par région, par catégorie des ménages, par produit et en fonction des revenus des consommateurs, a en effet le ministre assurant  qu’il s’agit d’un travail de longue haleine qui a démarré il y a déjà une année au niveau du ministère des Finances et tous les départements concernés. Ils sont en train d’affiner le travail qui avance d’une manière satisfaisante, a-t-il ajouté. « Il y a déjà eu une levée des subventions ayant touché les carburants, mais le reste se fera de manière graduelle. Néanmoins, cela sera précédé par une série de mesures, notamment sur le plan de la sensibilisation des consommateurs sur l’avènement d’un nouveau mode de consommation », a-t-il relevé.

Concernant la protection des consommateurs, des projets de lois se trouvent actuellement au niveau de l’APN. Ces lois visent la mise en place des standards et la conformité des produits qui concernent au plus haut point les consommateurs, a précisé le ministre. Concernant la question de la sous-traitance, non seulement en ce qui concerne l’industrie automobile et toutes les autres industries, M. Benmeradi a souligné que ce dossier nécessite du temps et du travail, ajoutant que la sous-traitance ne pourra se faire du jour au lendemain, car il faut au préalable créer un véritable tissu de sous-traitance.

Pour ce qui est des 890 produits interdits à l’importation et posant un problème d’approvisionnement en matières premières pour certaines industries, le ministre a indiqué que de nombreuses matières premières sont déjà produites dans le pays, mais ne sont pas connus en raison d’un manque d’information et de publicité autour de ces produits. « Le ministère du Commerce, en coordination avec les ministères de l’Industrie et de l’Agriculture, a créé une cellule de suivi qui se réunit deux fois par semaine pour pallier à ce problème et mettre en relation et en contact les différents producteurs », a souligné M. Benmeradi, ajoutant que la liste des produits interdits à l’importation est provisoire car des produits peuvent être ajoutés et d’autres pourraient être retirés de la liste.

 

Input your search keywords and press Enter.