Union internationale des magistrats: Djamel Aidouni élu président du Groupe africain 

Les membres du Groupe africain de l’Union internationale des magistrats (UIM) ont élu, mardi à Alger, le président du Syndicat national des magistrats (SNM) Djamel Aidouni, président du Groupe pour un mandat de deux ans en remplacement de M. Cagney Musi.

M.Aidouni a été élu à l’unanimité par ses pairs africains au terme de la 23ème réunion du Groupe Africain de l’UIM qui s’est tenue au Centre international des conférences Abdelatif Rahal, sous le haut patronage du président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Le poste de président du Groupe africain permet au président du SNM de présenter sa candidature pour la présidence de l’UIM lors de sa prochaine réunion devant se dérouler à Marrakech (Maroc).

Dans une déclaration à la presse, M. Aidouni a affirmé avoir décrocher ce poste après « un long travail consenti depuis l’adhésion, il y a dix ans, du SNM à l’UIM », soulignant que le syndicat qu’il préside « s’est imposé au sein de cette organisation grâce à une dynamique qui lui a valu le soutien des pays africains ».

Affirmant que la présidence du Groupe Africain était « un honneur pour  l’Algérie qui aura son mot à dire et sa place au niveau international », M. Aidouni a exprimé sa gratitude au président de la République qui a « soutenu notre démarche », avant de saluer « ses efforts en faveur de la réforme de la justice et la consécration d’une justice forte ».

Le nouveau président du Groupe africain s’est engagé à « travailler pour la promotion de ce groupe et d’£uvrer à en faire adhérer le plus grand nombre de pays africains ».

A ce propos, M. Aidouni a estimé que « les membres du Groupe africain ont affirmé à travers son élection à l’unanimité que « l’Afrique doit parler d’une seule voix et c’est le message qu’ils ont adressé à tous les pays en s’attachant à élire le représentant de l’Algérie à la tête du groupe.

A noter que cette réunion de deux jours a été sanctionnée par des recommandations appelant les représentants des pays membres à la nécessité d’intensifier les contacts avec les pays africains non-membres afin de les convaincre d’adhérer au groupe, de concrétiser l’éthique de la profession du magistrat dans les différents pays et d’exhorter les gouvernements à consolider les mécanismes de coopération judiciaire dans le cadre du soutien aux efforts de lutte contre le crime organisé et le criminalité transfrontalière ».

Les membres du Groupe africain de l’UIM, ont adressé leurs remerciements au président de la République pour le parrainage de cette réunion et les moyens déployés pour la réussite de cette  rencontre importante.

Input your search keywords and press Enter.