Monday, September 2021

Vendredi 51 : Mobilisation grandiose, arrestations et reprise du Hirak dans l’Ouest

Le 51è vendredi de contestation populaire a eu lieu ce vendredi 7 février. Une mobilisation particulière a été constaté dans plusieurs wilayas notamment à Alger. Des arrestations ont eu lieu également à Alger et dans d’autres wilayas.

En effet, le hirak ne faiblit pas à deux semaines de sa première anniversaire. A Alger une grande mobilisation a eu lieu, plus importante que la semaine dernière. Des arrestations ont eu lieu. Samir Belarbi a été arrêté puis relâché en fin de journée.

Solidarité avec « Khalti Baya »

A Alger, la solidarité avec « Khalti Baya », la hirakiste cancéreuse, arrêtée et malmenée par les services de sécurité dimanche dernier, était forte. Les manifestants, comme ceux de mardi dernier, ont exprimé leur indignation du traitement subit par cette femme qui n’a raté aucune manifestation depuis le 22 février dernier.

Le hirak était également  important dans les grandes villes du pays. Constantine, Skikda, Bordj Bou Arreridj, Oran, Bejaia, Tizi-Ouzou, Mostaganem, Tlemcen, Sétif, Jijel, Annaba mais aussi Sidi Bel Abbès, Tiaret et Chlef.

Tiaret revient en force 

Au moins wilayas de l’Ouest notamment Sidi Bel Abbès, Tiaret et Mascara n’ont pas pu marché depuis le 12 décembre dernier à cause des arrestations. Il s’agit d’une interdiction qui ne dit pas son nom. Mais ce vendredi 51, Sidi Bel Abbès et Tiaret ont brisé l’interdiction et ont marché. Cependant, Mascara n’a pas marché et des arrestations ont été opéré contre les manifestants.

Les journalistes se rassemblent 

Les journalistes ont aussi tenu un rassemblement devant le cinéma « l’Algéria » à Alger pour réclamer la libération de Sofiane Merrakchi. Notre confrère est incarcéré depuis plusieurs mois et n’a pas été jugé jusqu’à maintenant. Le collectif des journalistes libres mènent plusieurs actions pour la liberté de la presse et la libération des journalistes en détention.

Brutalité policière 

La fin de la marche d’Alger, des brutalités policières ont été signalé du coté de Victor Hugo le lieu ou commence la marche chaque vendredi. Selon des témoins, les forces anti-émeutes ont usé de force et des matraques pour disperser les manifestants. à Mascara, les forces de l’ordre ont tabassé plusieurs militants et ont empêché la marche. Des photos du militant, Hadj Ghermoul, blessé à la tête ont été diffusé sur les réseaux sociaux.

Input your search keywords and press Enter.