Sunday, November 2019

Le succès d’une start-up accompagnée par Djezzy dans le cadre de l’incubateur de l’ENP

L’incubateur de l’Ecole Nationale Polytechnique (ENP) mis en place en partenariat avec l’opérateur de téléphonie mobile, Djezzy, commence à donner ses fruits. Une start-up incubée dans cette prestigieuse école nationale en 2017 émerge et donne des idées aux jeunes pousses.

Soutien aux projets innovants, Djezzy et l’ENP ouvrent les inscriptions pour l’édition 2018

Il s’agit du projet Etudz mis en place par l’agence de communication Elite Corporation. Le CEO de la startu-up, Ramzi Ikouirene, était mercredi dernier à l’ENP pour présenter la réussite de son entreprise après un passage fructueux par l’incubateur ENP-Djezzy installé à l’intérieur de l’école.  Formateur dans le E-learning, Ramzi ne cache pas son goût pour l’aventure entrepreneuriale. Après avoir raconté ses expériences passées de lancement et de gestion de start-up qui n’ont pas réussi, il affiche une certaine satisfaction d’avoir fait le choix de l’incubation avec des professeurs de l’école et un soutien dynamique de Djezzy. « Après mes expériences ratées, je me suis orienté vers un marché de niche », a-t-il déclaré devant des étudiants de l’ENP venus pour assister à la présentation de son expérience. « La version Beta de la plateforme Etudz a été lancé en 2017 avant de la mettre en ligne une fois finalisée et testée », a-t-il ajouté. L’idée, a-t-il raconté, est née dans l’esprit de Ramzi quand « un jour avec son ami cherchaient des cours en ligne à l’université de Bab Ezzouar pour réviser à l’examen du lendemain », rappelant au passage la frustration que peut sentir un étudiant mis devant cette situation sachant que  » chaque étudiant peut vivre cet épisode de révision à la veille d’un examen ». C’est ainsi que Ramzi se lance dans ce projet qui consiste en plusieurs services au profit  des étudiants. Les services les plus importants sont le E-learning, une bibliothèque de cours et de documentation ainsi que l’assistance et l’accompagnement des étudiants désirant faire un cursus universitaire à l’étranger.

L’expérience de Ramzi n’a pas été sans déboires. Il a mis en avant les difficultés de rentabiliser son activité comme toute start-up. Faire payer les services offerts par une plateforme nouvellement mise en ligne est insuffisant pour rentabiliser l’activité. « Au moment ou je commence à me décourager pour manque de ressources malgré la pertinence du projet, le sponsoring Djezzy arrive et débloque le projet », a-t-il révélé. Il ne cache pas sa satisfaction des résultats de l’année 2018 avec 5 millions de dinars de chiffres d’affaire.

Il y a certainement des milliers de jeunes avec des idées pertinentes de start-up et de projets numériques qui peuvent être que bénéfiques pour l’économie algérienne. Etudz est un exemple quand les conditions sont réunies. Les compétences à acquérir via le modèle d’incubation, l’engagement de acteurs du numérique comme Djezzy et la détermination des porteurs de projets sont des éléments de réussite certaine même s’il faut se projeter dans le moyen et le long terme.

 

 

 

Input your search keywords and press Enter.