Sunday, March 2019

Rassemblement contre la nomination de Salim Aggar à la tête de la cinémathèque algérienne

Une vingtaine d’acteurs du monde culturel et professionnels du domaine, ont organisé jeudi 20 décembre, un rassemblement devant la cinémathèque algerienne, pour « contester la nomination » de Salim Aggar comme nouveau directeur. Cette action de protestation se veut aussi « contre le climat délétère qui règne dans le secteur en général », selon les participants.

Les manifestants revendiquent simplement la démission du nouveau patron de la cinémathèque. Sur des pancartes qu’ils ont brandies, on pouvait lire entre autres slogans : « Pas de censeurs à la tête de la cinémathèque », « Nous refusons cette nomination », « Cinémathèque en danger », « Les artistes protègent le cinéma » et « Démission du nouveau directeur ».

L’action intervient à peine dix jours après la nomination. Le 12 décembre dernier, Salim Aggar a été installé par le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi, à la tête de la cinémathèque algérienne en remplacement de Lyes Semiane, parti à la retraite.

Dans une pétition signée déjà par des centaines de personnes, il est écrit : « Nous refusons, nous femmes et hommes de la profession, que la cinémathèque devienne le nouveau QG de la ‘’chasse aux sorcières’’, tel que le promet assez souvent Salim Aggar dans ses différentes interventions pleines de rancunes et de rancœur. Le cinéma algérien a besoin plus que jamais d’un peu plus de lumière. Cette nomination est un écran noir ». Cette nomination « doit être purement et simplement annulée », ajoute le texte de la pétition signée par entre autres, l’acteur et réalisateur Khaled Benaïssa, l’actrice et productrice Adila Bendimerad, le réalisateur Cherif Aggoune, le producteur et réalisateur Bachir Derrais, l’écrivain Kamal Daoud, l’auteure/journaliste Sarah Haidar et Wassyla Tamzali, Directrice fondatrice des Ateliers Sauvages.

Input your search keywords and press Enter.