Tuesday, July 2019

Discours de Bensalah : le FFS rejette l’appel au dialogue

Le Front des forces socialistes (FFS) a renouvelé son rejet au dialogue lancé encore une fois par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, dans son discours à la nation, dimanche soir.

Bensalah appelle à un dialogue « intelligent, constructif » pour un plus large consensus

« Le FFS affirme qu’un vrai dialogue ne peut pas et ne doit pas se faire avec ou à travers des personnages qui sont viscéralement et radicalement désavoués par la majorité du peuple Algérien », a écrit le parti dans un communiqué de son secrétariat national.

Réagissant au discours de Bensalah, le FFS explique qu’« alors que les plus crédules parmi les observateurs non initiés aux soubassements des pratiques ténébreuses du régime algérien, s’attendaient à voir et à entendre des décisions salutaires de la part de la nouvelle façade du système, ils se sont aux finals rendus à l’évidence de leur grande déroute ».

Il va jusqu’à insinuer que le contenu du discours du chef de l’Etat a été inspiré de celui de l’homme fort de l’armée, Ahmed Gaïd Salah. « A travers son discours hebdomadaire de mardi dernier, le chef de l’état-major de l’armée avait déjà mis en relief ce que devait être la lame de fond de la ‘’dissertation de bonnes intentions’’ lue hier par Abdelkader Bensalah », assène le FFS.

Le parti dénonce aussi l’entêtement du pouvoir à organiser les présidentielles le 4 juillet. Ainsi et « sans surprise, le discours de Bensalah a réitéré la volonté et l’entêtement des décideurs à aller vers une élection présidentielle. Une élection par laquelle, ils souhaitent sceller définitivement le destin de notre patrie et la livrer ainsi à un autre processus d’asservissement et de totalitarisme », écrit le parti. Mais, cette échéance « ne mobilisera que ses promoteurs et sa clientèle », rappelle le FFS, car, a-t-il ajouté, « les attentes des revendications populaires démocratiques légitimes signifiées massivement depuis le 22 Février dernier, ne peuvent nullement être prises en charge par l’organisation d’un autre simulacre électoral ».

Enfin, le parti estime que « seule l’amorce d’un véritable processus démocratique de transition est à même de réunir les conditions d’un vrai consensus national », appelant « la population et les forces vives indépendantes du pays qui aspirent et luttent au quotidien pour un changement radical du régime, de mettre de coté leurs divergences et être solidaires et œuvrer ensemble pour l’avènement de la llème République ».

Input your search keywords and press Enter.