Tuesday, January 2021

Interdiction de sortie du territoire de Tahar Belabbas, la société civile réagit

Alors qu’il ne fait l’objet d’aucune décision de justice, Tahar Belabbas, militant des droits humains et membre du Comité national de la défense des droits des chômeurs (CNDDC), s’est vu interdire de sortie du territoire national -et ce, à plusieurs reprises-, tant à l’aéroport international d’Alger qu’aux frontières terrestres. Des membres de la société civile ont lancé aujourd’hui un appel-pétition en guise d’alerter l’opinion publique.

« Cette interdiction est en violation flagrante de la Constitution algérienne, notamment dans son article 55 qui garantit aux citoyens algérien(ne)s, jouissant de leurs droits civils et politiques, le droit de choisir librement le lieu de leur résidence, et le droit de circuler sur le territoire national ainsi que d’y entrer et d’en sortir », rappellent des signataires du texte. Ils  estiment, par ailleurs, que l’arrestation soit  en violation également du pacte international relatif aux droits civils et politiques ratifié par l’Algérie, en particulier dans son article 12 qui garantit à tout citoyen le droit de quitter n’importe quel pays, y compris le sien. « Cette situation est intolérable. Elle doit cesser immédiatement et être dénoncée avec la plus grande vigueur », a-t-on encore relevé.

Face à cette injustice, les signataires  de cette pétition, en appellent l’État à garantir à Tahar Belabbas « son droit de sortir et de rentrer librement dans son pays ». Les pouvoirs publics sont également interpellés  pour faire cesser « les intimidations judiciaires que subissent Tahar Belabbas et tou(te)s les militant(e)s des droits humains ».

En fin, les signataires de l’appel, exigent la levée des mesures arbitraires qui frappent Tahar Belabbas et de nombreux militants des droits humains dans l’exercice de leurs activités associatives, syndicales et citoyennes.

Input your search keywords and press Enter.