Saturday, December 2018

VMS: Success story des montagnes de Bejaia dans le domaine de l’industrie des motos

Le montage des motos en Algérie est aussi l’un des segments de l’industrie des véhicules les plus dynamiques. VMS industrie en est l’exemple vivant. La jeune entreprise 100% algérienne est en phase de devenir le leader du marché local et entame les procédures pour s’attaquer à l’export. Focus sur un success story des montagnes de Bejaia.

Rencontré par DMA lors du salon du transport et de la logistique qui s’est déroulé à Alger du 26 au 29 novembre dernier, le directeur général de VMS industrie, M.Abdelkerim Saigh, n’a pas hésité à faire le point sur l’expansion de son activité et les ambitions de son entreprise. Ainsi, il dira que sa compagnie deviendra le leader du marché algérien à partir de la fin de cette année, avec plus de 17 milles unités vendues.

Numéro 1 du marché national

 « On a commencé notre activité de montage à Ighzar Amokrane dans la wilaya de Bejaia en 2015 avec 19 salariés et plus de 1800 unités montées. En 2016, on est passé à 65 salariés et 5000 motos sont sorties de l’usine. En 2017, on a grandi l’effectif à 80 salariés et 8000 unités montées. Lors de cette année, on a doublé et les salariés et la production. En somme à 177 travailleurs et 16 000 véhicules montées », raconte le patron de VMS avec fierté. Enchaînant sur l’expansion de l’activité de son entreprise, le jeune entrepreneur des hauteurs de Bejaïa dévoile ses ambitions pour 2019. « En 2019 avec l’entrée en production de la nouvel usine de Toudja, nous produirons plus de 26 000 unités par an », ajoute-t-il. Concernant le taux d’intégration, il avance le chiffre de 33% sur les deux roues et 45% avec la sous-traitance locale sur les triporteurs. VMS produit 800 unités par ans de triporteurs, selon son manager. Le constructeur bougiote met en avant également le nombre de «  26 modèles montés dans son usine ».

Selon les statistiques du CNIS datant de 2014, les importations des motos en Algérie ont atteint 77 000 unités en cette année là. Cependant, notre interlocuteur estime le marché algérien à 45 000 unités par ans avec cinq fabricants entre le secteur privé et public. En tête du classement, SYM et VMS. En 2017, SYM était le leader avant que VMS le détrône cette année. En  tablant sur 26 000 unités pour l’année 2019 contre 17 000 cette année, VMS compte prendre le large en tête des fabricants algériens de la moto. VMS compte mettre en place une stratégie pour accroître le marché algérien en profitant des inconvénients des automobiles en matière de stationnement, d’embouteillage et le prix du carburant. « Nous essayons de grandir le marché de la moto et d’intéresser une clientèle qui ne peut pas supporter les charges des autres véhicules. La consommation du carburant, les embouteillages et la cherté des véhicules à 4 roues», analyse M. Saigh.

Le manager général de VMS relate également les avantages concurrentiels de son entreprise. « Nous somme le seul opérateur sur le marché qui offre une assurance sur l’achat des motos. A  travers notre partenariat avec la SAA, nous bénéficions d’une couverture nationale de cette entreprise nationale d’assurance présente avec 580 points d’assurance. C’est un avantage concurrentiel qui nous permet de percer dans le marché », explique-t-il. Il poursuit : « chaque client qui achète chez VMS une moto des quatre marques Benelli, Keeway, Linhai et VMS, il bénéficiera d’une assurance et d’un casque gratuit ». VMS industrie produit les quatre marques dans sa nouvelle usine de Toudja à Bejaia.

Export

VMS voit déjà en dehors des frontières de l’Algérie. « Nous avons participé au salon de la cote d’ivoire à Abidjan en 2015. Cette année nous avons envoyé quelques échantillonnages à notre partenaire à Abidjan. Normalement la prochaine année nous réaliserons les premières exportations. Nous avons même fait l’acquisition de camions pour exporter via la voie terrestre. C’est beaucoup moins cher. Nous attendons un accompagnement de la part de notre gouvernement sur ce volet », détaille le patron de VMS.

Et d’enchaîner : « Je suis optimiste par rapport à ce volet (exportation). L’Etat fait beaucoup d’efforts. C’est vrai qu’il y a des obstacles bureaucratiques mais la volonté politique y est ».

Par rapport au marché européen, le jeune entrepreneur travaille dessus. « C’est en projet mais il faut d’abord avoir la certification ISO. Nous avons fait la demande pour acquérir  la WMI (normes internationale d’homologation des véhicules). Cette WMI nous donne systématiquement la certification l’ISO 9001 », dévoile-t-il avant de rappeler que l’objectif premier est de « satisfaire le marché local avant d’aller vers le marché extérieur ».

Conventions avec les entreprises

Dans son ambition affichée d’accroître ses ventes, VMS cherche des niches pour percer encore plus dans le marché. C’est la raison qui l’a poussé à prendre part au salon international de la logistique d’Alger. « Notre présence au sein du salon de la logistique est liée à une nouvelle formule que nous proposons aux salariés des sociétés dans le cadres des conventions avec les œuvres sociales ou le conseil de participation ou même la direction », nous confie-t-il. En gros, la formule permet aux salariés d’acquérir un scooter en avançant un apport de 30 à 40% et payeront le reste sur 12 mois sans intérêts.  Le pack comprend le scooter avec une assurance pendant une année et un casque offert.

« On a signé avec IPAN entreprise portuaire d’Annaba, ils ont plus de 1100 salariés et ils sont intéressés. On a travaillé déjà il y a deux anas avec Naftal Bejaia et le port de Bejaia. C’est une formule qu’on lance chaque année, du mois d’octobre au mois de mars. Pour nous c’est une saison faible puisque notre activité commence le mois d’avril. Donc pendant cette période on essaye d’accompagner les clients avec des formules adaptées », souligne-t-il non sans être optimiste avec l’intérêt de plus en plus important des sociétés à cette formule. « La SNTF avec ses 14 filiales est intéressées. Bejaia logistique aussi », nous dit-il avec satisfaction. Le patron compte beaucoup sur cette formule au point ou c’est lui qui chapeaute l’opération.

VMS industrie et son jeune patron est l’exemple du potentiel algérien en matière d’industrie et du dynamise de sa jeunesse. En quatre ans, VMS est passé du statut du nouvel opérateur au leader du marché algérien. Un success story à méditer.

Input your search keywords and press Enter.