Tuesday, July 2019

Gaz de schiste: le projet d’exploitation encore en étude

Le projet d’exploitation du gaz de schiste « est toujours à l’étude », a affirmé dimanche à Oran le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, dans un point de presse organisé en marge de l’ouverture du 8ème salon international sur l’industrie pétrolière et gazière (NAPEC).

« Le projet de l’exploitation du gaz de schiste est encore à l’étude », a déclaré le ministre, ajoutant que le sujet « n’est pas à l’ordre du jour » et que le début de l’exploitation « ne peut pas commencer avant cinq ou dix ans ».

Guitouni, qui a présidé la cérémonie d’ouverture du NAPEC, a souligné, dans son allocution d’ouverture, que l’Algérie qui étudie les possibilités pour l’exploitation du gaz de schiste, comme beaucoup d’autres pays, recèle un potentiel important, occupant la troisième place mondialement en matière de réserves.

Le ministre de l’Energie a expliqué, à ce propos, que l’Algérie est en train de rassembler toutes les données concernant les gisements et l’exploitation de gaz de schiste avant de se décider de se lancer dans ce domaine.

« Nous étudions toutes les questions qui concernent le projet d’exploitation du gaz de schiste, notamment s’agissant des conditions de développement de cette ressource et des technologies liées à son exploitation, en plus de l’efficacité économique et la protection de l’environnement, des ressources hydriques et de la population », a souligné M. Guitouni.

Le ministre a, par ailleurs, souligné que son secteur oeuvre pour le développement des opérations d’exploration et l’exploitation des gisements énergétiques en mer, ajoutant que la préparation de cette nouvelle étape avance bien.

Guitouni a appelé à la rationalisation de la consommation énergétique, de l’électricité notamment, pour sécuriser l’accès à l’énergie, saluant les efforts de l’Etat pour raccorder à l’électricité et au gaz les zones les plus reculées du pays.

La 8ème édition du NAPEC se tient au Centre des conventions d’Oran (CCO) du 25 au 28 mars en cours, avec la participation de 600 participants, représentant une quarantaine de pays.

Input your search keywords and press Enter.