Friday, November 2020

Le baril de WTI s’enfonce encore, le Brent résiste

Le prix du baril de WTI américain chutait vendredi en cours de séance européenne, et atteignait un plus bas depuis fin 2001, trahissant la fébrilité des investisseurs envers l’industrie américaine du brut.

Vers 13H25 GMT (15H25 à Paris), le baril de WTI pour livraison en mai lâchait 10,52% par rapport à la clôture de jeudi, à 17,78 dollars, peu après avoir touché un nouveau plus bas en 18 ans à 17,31 dollars.

Le contrat suivant, pour livraison en juin et qui deviendra la référence à partir de mercredi, reculait dans une moindre proportion, de 2,59% à 24,87 dollars.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait quant à lui 27,98 dollars à Londres, en hausse de 0,58%.

Le grand écart est renforcé par la différence de l’échéance entre les deux contrats de référence de part et d’autre de l’Atlantique.

Il traduit également « l’énorme surproduction de pétrole de schiste aux États-Unis », a commenté Carlo Alberto De Casa, d’Activtrades, auprès de l’AFP.

La différence « est moins marquée si l’on regarde les deux contrats de juin, les investisseurs prévoyant un ralentissement de la pandémie d’ici deux mois », à même de limiter un peu l’actuel excédent de l’offre d’or noir, a-t-il ajouté.

La production américaine diminue, selon les derniers chiffres de l’Agence américaine d’information sur l’Energie (EIA) publiés mercredi, mais moins vite que la demande, entraînant une explosion des stocks qui menacent de déborder.

Malgré l’entente dimanche des membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de leurs alliés sur une coupe « historique » concertée de leur production, le marché de l’or noir restait en fort déséquilibre, pénalisé par la pandémie de Covid-19 et les mesures de confinement des populations mises en place partout dans le monde qui paralysent l’économie.

La Chine est venue illustrer plus tôt dans la journée ce constat sévère pour la demande: son économie a connu un repli pour la première fois de son histoire au 1er trimestre, avec une baisse de 6,8% sur un an.

Il s’agit de la plus mauvaise performance depuis le début des publications trimestrielles du PIB par la Chine au début des années 90.

Input your search keywords and press Enter.