Wednesday, April 2021

Le FCE dément le blocage de son agrément par le ministère du travail

Le Forum des Chefs d’Entreprises (FCE) fait l’objet depuis quelques jours de plusieurs spéculations à propos de l’agrément de son nouveau statut de « syndicat du patronat ». Entre ceux qui affirment que le FCE est victime de la disgrâce de son patron, Ali Haddad, auprès du gouvernement et ceux qui voient dans cette situation une affaire administrative ordinaire, les rumeurs vont bon train.

Contacté par DMA pour clarifier cette situation, Mohamed Bairi, vice président du FCE est affirmatif : « il n’y a aucun blocage du dossier (création d’un syndicat FCE) de la part du gouvernement. Je ne comprends pas ces spéculations. S’il y a avait une réponse de la part du ministère du travail nous la communiquerons à temps », s’est-il insurgé. En effet, plusieurs médias ont publié des informations faisant état d’un refus de la part du ministère du travail d’agréer le nouveau syndicat voulu par les membres du FCE. «  Il n’y a aucun appel, ni écrit destinés au FCE de la part du ministère du travail indiquant le refus d’agrément de notre syndicat», a-t-il encore insisté.

Dissolution !

La situation est d’autant confuse que des médias, s’appuyant sur des sources anonymes au sein du FCE, expliquent que l’association patronale n’existe plus juridiquement, puisque, ajoutent-ils, pour que le FCE se transforme en syndicat il doit dissoudre l’association. « Le syndicat du patronat est nouvelle création et tout ce qui se dit sur la dissolution de l’association est pure spéculation », répond encore Mohamed Bairi, ajoutant que « l’association existe le plus normalement du monde et fonctionne selon la loi des associations ». Le vice-président du FCE met fin ainsi à cette cacophonie en clarifiant la situation.

Pour ce responsable du FCE, le dossier de la création du syndicat est en étude au niveau du ministère du travail. «  La situation est d’ordre administrative. Nous avons déposé le dossier à la mi-juin, avec les vacances du mois d’août et les dossiers urgents que doit traiter le gouvernement, il est ordinaire que l’étude de notre dossier prend du temps », a-t-il expliqué dans une déclaration à DMA.

Input your search keywords and press Enter.