Friday, August 2020

Le prix du brut de l’Opep progresse à 26,53 dollars

Le prix du panier de quatorze pétroles bruts (ORB), qui sert de référence à l’Opep a progressé à 26,53 dollars mardi, selon les données de l’Organisation publiées mercredi sur son site web.

L’ORB avait débuté la semaine en cours à 24,72 dollars, précise la même source.

Ce panier de référence de pétrole brut de l’Opep introduit en 2005, comprend le Sahara Blend (Algérie), Girassol (Angola), Djen (Congo),Oriente (Equateur), Zafiro (Guinée Equatoriale),Rabi light (Gabon), Iran Heavy (Iran),Basra Light (Irak), Kuwait Export ( Koweït), Es-Sider (Libye), Bonny Light (Nigéria), Arab Light (Arabie saoudite), Murban (Emirats arabes unis) et Mery (Venezuela) ».

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a fini la séance du mardi à 27,15 dollars à Londres, en hausse de 0,4% par rapport à la clôture de lundi, tandis qu’a New York, le baril américain de WTI pour mai a pris 2,8%, à 24,01 dollars.

Cette progression intervient dans un marché anticipant une possible reprise de l’activité économique aux Etats-Unis, qui serait synonyme de demande en hausse.

La veille, le président Américain, Donald Trump, a assuré qu’il « adorerait » lever les restrictions contre le coronavirus et mis en garde contre un confinement prolongé aux Etats-Unis.

Les cours ont été aussi soutenus par l’annonce de la Réserve fédérale américaine (Fed) portant plusieurs mesures, dont l’achat illimité d’obligations ainsi que divers mécanismes d’aide directe aux entreprises, y compris les PME pour préserver la première économie du monde des graves conséquences du Covid-19.

Cependant, les cours restent toujours à moins de 30 dollars affectés par les répercussions de la pandémie de Coronavirus sur la demande et l’économie mondiale, en plus de la guerre des prix déclenché au lendemain de l’échec de la réunion de l’OPEP et Non-Opep qui n’a pas abouti à un consensus autour d’une nouvelle réduction de la production.

Cette situation risque de s’aggraver après l’achèvement de l’accord actuel de limitation de production de l’ordre de 1,7 million b/j, le 31 mars, d’ailleurs le non-respect par certains pays pétroliers du plafonnement à compter du début du mois prochain a causé la chute de plus de 50% des prix en mars, comparé au mois de janvier dernier.

A présent, aucune réunion extraordinaire n’a été annonce par l’Opep et l’organisation maintient toujours la tenue de la 179eme réunion ordinaire de la conférence de l’Opep et la 9eme réunion de l’OPEP et Non-opep pour les 9 et 10 juin prochain a Vienne.

L’Opep et l’Agence internationale de l’énergie (AIE) ont récemment exprimé leur profonde inquiétude face à la grave crise sanitaire mondiale causée par le coronavirus (COVID-19) et à ses impacts sur la stabilité des économies et des marchés, en particulier des pays en développement.

Pour sa part, le Fonds monétaire international (FMI) a alerté mardi sur les retombées de cette situation sur la région Moyen-Orient et Afrique du Nord , qui devrait connaître une « forte baisse » de sa croissance cette année.

« La région va probablement connaître une forte baisse de croissance cette année », a déclaré le directeur régional du FMI pour le Moyen-Orient et l’Asie centrale, Jihad Azour, dans un rapport.

Input your search keywords and press Enter.