Tuesday, September 2020

Taxe sur les logements vacants, une option envisageable

Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Kamel Beldjoud, a annoncé, jeudi à Alger, l’éventualité d’imposer une taxe sur les logements vacants, soulignant que la question de garantir des logements aux citoyens figurait parmi les priorités des autorités publiques.

« Nous envisageons actuellement la possibilité d’imposer une taxe sur les logements vacants qui n’ont pas été proposés pour location par leurs propriétaires », a déclaré le ministre lors d’une plénière à l’Assemblée populaire nationale (APN) consacrée aux questions orales.

« En dépit de la situation financière difficile que traverse le pays, la question d’assurer un logement décent au citoyen demeure parmi les plus grandes priorités des autorités publiques », a-t-il dit.

Après avoir affirmé l’impératif d’élaborer un recensement global des logements vacants à travers le pays, M. Beldjoud a précisé qu’ »il est difficile de prendre des mesures à l’encontre de celui qui possède un acte de propriété de logement, d’où la possibilité d’imposer une taxe ».

Le ministre de l’Intérieur a rappelé la nouvelle formule dite logement locatif qui demeure la solution idoine pour éliminer la crise du logement. Il a fait état de la distribution, en 2019, de pas mois de 112.000 logements public locatif (LPL) à travers le pays, contre pas moins de 298.600 logements entre 2016 et 2018, dont 67.000 pour éliminer l’habitat précaire.

Le budget consacré au programme de logement public locatif (LPL), entièrement financé par le Trésor public depuis l’an 2000, a atteint 43 Mds Da où un total de 1.270.000 logements ont été achevés, a précisé le ministre.

Rappelant les différentes formules de logements lancés par l’Etat, le ministre de l’Intérieur a affirmé que le programme restant à réaliser, jusqu’à fin 2019, a dépassé 970.000 unités, dont plus de 640.000 sont en cours de réalisation.

Répondant à une question sur une proposition relative au transfert de la gestion des écoles primaires et des salles de soins aux ministères de l’Education et de la Santé, M. Beldjoud a soutenu que le Fonds de solidarité des collectivités locales a consacré une enveloppe de 35 Mds Da entre 2017 et 2019 permettant le réaménagement, la restauration et l’équipement de plus de 18.000 écoles.

Concernant les salles de soins dans la wilaya de Jijel, le ministre a fait état de 67 opérations d’équipement et de restauration dans les différents programmes de développement permettant l’ouverture de 24 salles à ladite wilaya.

Il a réitéré, dans ce sens, « l’engagement de l’Etat à éradiquer les zones d’ombre à travers tout le territoire national en vue de l’amélioration des conditions des citoyens dans tous les domaines ».

Input your search keywords and press Enter.