Wednesday, October 2020

M. Bouabdallah fait état de l’envoi au Gouvernement d’un « prélude » de refonte du modèle économique national

Pour relancer l’économie, fragilisée par la pandémie du Covid-19, il va falloir travailler dur pour « remonter la pente », estime le président du Cercle du commerce et de l’industrie Algéro-Espagnol, s’exprimant mardi, à l’émission L’Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio Algérienne.

Comme contribution à cette relance, M. Djamal-Eddine Bouabdallah signale qu’après concertations avec les fédération patronales et associations professionnelles, un rapport contenant une série de recommandations a été soumis au Chef du Gouvernement, un prélude, précise-t-il, de refonte du modèle économique national.

Parmi ces recommandations, il propose que l’Etat renonce à encaisser les échéances fiscales et parafiscales pour 2020, que les chefs d’entreprises, selon lui, « ne pourront pas payer », en raison du manque à gagner provoqué par la situation sanitaire affectant le pays.

M. Bouabdallah demande, également, une accélération au profit de ces derniers, des procédures d’accès au crédit, un allègement des mises en chômage technique d’employés, « en évitant tout caractère abusif », la reconduite des autorisations et homologations, de même que l’implication des collectivités locales dans la facilitation des démarches administratives.

Pour lui, un bon climat des affaires est tributaire de la stabilité, particulièrement pour ce qui concerne les textes juridiques, dont le Code fiscal, organisant l’activité économique. A propos de ce code, datant des années 90, il y a lieu, indique-t-il, d’en refaire un nouveau, en prenant en compte les aspects structurel et fonctionnel de cette activité.

Pour attirer les IDE, il faudrait, insiste-t-il, asseoir une stratégie industrielle « claire et précise », amarrée à un socle solide. Il estime, à cet effet, que les représentants d’entreprises, mais aussi les partenaires sociaux, sont partie prenante de la régulation de l’économie.

A travers l’ouverture qui se précise « vers la destination Algérie », il juge que l’idée d’introduire le système 51/49 au profit des potentiels investisseurs étrangers, « que l’on trouve un peu partout à travers le monde », n’est suffisante. Pour lui il y a des ajustements et des réformes à opérer, d’autant, relève-t-il, que l’Algérie « est un marché intéressant et va le devenir ». Il fait à ce titre mention de l’ouverture, en janvier 2021, de l’Union douanière avec l’Afrique.

Pour ce qui a trait au secteur informel, l’intervenant recommande de « le frapper » par le biais de la fiscalité, le système des « deux poids et deux mesures », entre celui-ci et les entreprises légalement installées, ne pouvant sans cesse perdurer.

Pour lui, c’est au gouvernement qu’il appartient de combattre ce phénomène observant qu’il est temps, pour cela, « de lancer le processus ». En attendant la rédaction d’un nouveau Code fiscal, il mentionne la solution consistant à appliquer le système de forfait à l’encontre de celui-ci.

Input your search keywords and press Enter.