Monday, November 2018

Résultats financiers d’Ooredoo Algérie : tous les indicateurs virent au rouge

L’année 2018 est une des plus moroses pour l’opérateur qatari Ooredoo Algérie. Il enregistre les résultats financiers les plus mauvais de toutes les filiales du groupe à travers le monde. Alors qu’elle représentait il n’y a pas si longtemps une des filiales la plus rentable du groupe, ses résultats financiers publiés mardi par la maison mère indiquent une régression importante au point de contribuer avec la filiale de l’Indonésie à la baisse des bénéfices du groupe.

En effet, si Ooredoo Algérie a déjà communiqué une baisse du parc des abonnées de presque un demi-million le premier semestre 2018, les nombre des clients est toujours en baisse sur les neuf premier mois de 2018. La baisse, selon les chiffre de la société mère, est de 3% passant de plus de 14 millions d’abonnés en décembre 2017 à 13.8 millions au 30 septembre 2018 confirmant ainsi la tendance baissière survenue subitement dès le premier trimestre 2018.

Indicateurs financiers

Ooredoo Algérie ne fait plus les beaux jours de la maison mère puisque la filiale algérienne, en plus de celle de l’Indonésie, sont à l’origine de la baisse de 13% des bénéfices au troisième trimestre 2018 de la société mère, a indiqué l’agence de presse Reuters.

Si le terrain de chasse des qataris restent le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et l’Asie du Sud-Est, le groupe des télécoms qataris subit les foudres d’un marché mondial en difficulté, selon l’analyse qu’il donne de ses résultats. Malgré la croissance de l’utilisation de la data en Algérie avec l’avènement de la 3G et de la 4G, Ooredoo Algérie peine à tirer son épingle du jeu.

Les contre-performances financiers semblent  s’installer dans la duré puisque la même tendance a été observé  au premier semestre 2018 lorsque l’opérateur a vue ses revenus baissés de huit milliards de dinars par rapport à la même période de 2017. Pour la période allant du 1er janvier  au 30 septembre 2018, Ooredoo Algérie a réalisé des revenus de l’ordre de 66,7 milliards de dinars, soit une baisse de 12.5 milliards de dinars par rapport à la même période de 2017. En 2017, l’opérateur a réalisé des revenus de l’ordre de 79.2 milliards de dinars.

 Pour ce qui est des résultats avant intérêts, taxes, dotations aux amortissements et provisions sur immobilisations (Ebitda), ils ont atteint 25.5 milliards de dinars au 3ème trismestre de 2018 contre 36.1 milliards de dinars au 3ème trismestre de 2017, soit une baisse de 10.2 milliards de dinars. C’est un résultat en baisse même par rapport à la même période de 2016 avec 31.1 milliards de dinars de l’Ebitda de cette année.

Si l’équipe de communication de la filiale Algérie omet de mettre en avant les contre-performances financières dans son communiqué, elle n’hésite pas à se féliciter du montant des investissements. « Ooredoo Algérie a investi près de 12,3 milliards de dinars algériens au 3ème trimestre de l’année 2018 », lit-on dans le communiqué publié mardi dernier, ajoutant qu’ « Au sein du groupe Ooredoo, Ooredoo Algérie représente 12 % du nombre d’abonnés et 13 % des investissements globaux du groupe ». Sauf que la maison mère n’hésite pas de pointer du doigt « la mauvaise période » que traverse l’opérateur en Algérie et son impact sur ses bénéfices globaux.

 Le maquillage des résultats publiés par la filiale algérienne cache une « situation difficile » pour l’opérateur de la téléphonie mobile. En attendant les résultats de toute l’année 2018 qui ne peuvent être que négatif par rapport à 2017, Ooredoo doit trouver des solutions urgentes à ses contre-performances qui commencent à impacter négativement les résultats globaux du groupe qatari.

Input your search keywords and press Enter.