Tuesday, October 2020

Etats-Unis: deux morts lors de manifestations pour Jacob Blake

Deux personnes ont été tuées par balle dans la nuit de mardi à mercredi dans la ville américaine de Kenosha, théâtre d’une troisième soirée de manifestations émaillées de violences exigeant que justice soit faite pour l’Afro-Américain Jacob Blake, victime d’une apparente bavure policière.

« Les tirs ont entraîné la mort de deux personnes et une troisième personne a été hospitalisée pour des blessures graves mais qui ne mettent pas sa vie en danger », a annoncé la police de Kenosha sur Twitter, sans donner davantage d’informations sur le profil du tireur activement recherché ou des victimes.

Selon le New York Times, les tirs ont éclaté lors d’une confrontation entre des manifestants et un groupe d’hommes armés. Des membres de milices armées patrouillaient la ville pour protéger des édifices d’éventuels actes de vandalisme commis par les protestataires.

Les violences ont éclaté dans cette ville de l’Etat septentrional du Wisconsin alors que des centaines de manifestants ont défilé pour la troisième soirée d’affilée, malgré l’imposition d’un couvre-feu, pour réclamer des comptes après la diffusion d’une vidéo montrant Jacob Blake, un Afro-américain de 29 ans grièvement blessé par des tirs policiers et probablement paralysé à vie.

Des affrontements ont notamment éclaté entre un groupe de manifestants lançant des pétards et des policiers ripostant avec des balles en caoutchouc. Un journaliste de l’AFP a été touché par une de ces balles en caoutchouc.

Des habitants de la ville sont venus armés afin, ont-ils assuré, d’empêcher de nouvelles dégradations. « Certains ne réalisent pas qu’en incendiant un bâtiment, vous mettez en danger la vie des pompiers et de quiconque pouvant se trouver à l’intérieur », a justifié Kevin Mathewson, pistolet à la ceinture et fusil d’assaut AR-15 en bandoulière.

La police de Kenosha a précisé avoir été alertée sur des informations faisant état de coups de feu et de plusieurs victimes, ajoutant qu’une enquête « active était en cours ».

Des vidéos, mises en ligne, montraient des gens courant dans les rues de Kenosha, alors que des coups de feu retentissaient. Dans d’autres, on peut voir des hommes blessés, au sol.

La colère a aussi gagné les rues de Minneapolis, la ville où George Floyd est mort le 25 mai et lieu de départ du mouvement historique contre le racisme, dans lequel les Etats-Unis sont plongés depuis trois mois.

« Besoin de guérir »

Plus tôt mardi, la mère de Jacob Blake avait lancé un appel au calme, les autorités redoutant de nouvelles manifestations tendues à travers les Etats-Unis.

« Mon fils se bat pour sa vie », avait déclaré, émue, Julia Jackson, mère de la victime, lors d’une conférence de presse à Kenosha, dans l’Etat du Wisconsin.

« Si Jacob savait ce qu’il se passait, la violence et la destruction, il serait très mécontent (…) Nous avons besoin de guérir », a-t-elle ajouté alors que son fils était à nouveau au bloc opératoire.

Comme pour George Floyd, un quadragénaire noir mort asphyxié sous le genou d’un policier blanc il y a trois mois, la tentative d’interpellation de Jacob Blake a été filmée par un témoin dimanche.

Les images montrent le jeune Afro-américain suivi par deux policiers ayant dégainé leurs armes alors qu’il contourne une voiture.

Un agent attrape son débardeur blanc au moment où il ouvre la portière et tente de s’installer sur le siège conducteur. Le policier fait alors feu –l’enregistrement laisse entendre sept tirs–, atteignant ce père de famille de plusieurs balles dans le dos.

« Le diagnostic médical pour le moment est qu’il est paralysé », a affirmé l’avocat de la famille de M. Blake, Ben Crump.

Les deux policiers impliqués ont été suspendus de leurs fonctions et une enquête a été ouverte.

Input your search keywords and press Enter.